Mettre en place un projet d'ouverture des données par Gérald Kembellec (formation)

Méthodes-outils

La loi numérique vise à favoriser la « circulation des données et du savoir » à travers l’ouverture des données publiques et d’intérêt général.

 

L’ «Open Data», déjà partiellement pratiqué par l’État et certaines collectivités locales pionnières doit devenir la règle et plus une figure vertueuse.

Désormais, les administrations devront obligatoirement publier en ligne leurs principaux documents, bases de données et les jeux de données qui présentent un intérêt économique, social, sanitaire ou environnemental dans des formats ouverts.

 

Cette obligation va concerner les administrations d’État, les collectivités locales de plus de 3 500 habitants, les établissements publics et les organismes privés chargés d’un service public. Évidemment, cela soulève une question : celle de la vie privée. La diffusion de certains documents ne pourra se faire que sous réserve d’un minutieux travail préalable comme l’anonymisation ou occultation des mentions des données personnelles.

L’objectif fixé par la loi est une publication progressive des principaux documents et jeux de données administratifs. Mais cette obligation ne touche pas que les collectivités locales et territoriales. Dans le cadre du libre accès aux travaux de la recherche publique et l’exploration des données, les chercheurs devront dorénavant mettre en ligne en libre accès les résultats de leurs travaux de recherche financés à plus de 50% par des fonds publics, après une période d’embargo de six ou douze mois. Cette mesure vise à faciliter la libre diffusion de résultats de recherche, diffusion qui était jusqu’ici souvent restreinte et concentrée par les éditeurs de publications scientifiques. Ce type de dispositions doivent être présentées dans le Plan de Gestion de Données de plus en plus demandé avec les réponses à appel à projets nationaux et internationaux.

Pour maximiser le potentiel de leur réutilisation et d’être lisibles par les humains et les machines, les données ouvertes doivent être téléchargeables dans un format ouvert au sein d’un dispositif technique permettant d’exporter les données dans un ou plusieurs des formats ouverts.

 

Enfin, il faut choisir une licence à attribuer aux données et à communiquer aux utilisateurs.

Les licences les plus fréquemment utilisées en Open Data sont la « Licence Ouverte Etalab », « Open Database License : partage à l’identique & attribution », « Public Domain Dedication and License », « Open Data Commons Attribution License », ou encore « Creative Commons ».

 

Si vous êtes en charge de la création ou du déploiement d’un portail Open Data -public ou privé- certaines questions se posent à vous :

Comment recenser les données ?

Quelles données sélectionner pour diffusion ?

Quelle solution technique de partage ?

Quelles sont les obligations légales ?

Quelle stratégie de diffusion ?

Comment éditorialiser la plateforme ?

Quels formats de données ?

Données brutes ou tableaux et datavisualition des données ?

Comment respecter la vie privée ?

Quelle licence pour les données ?

C’est ce que la formation « Mettre en place un projet d'ouverture des données » propose de vous présenter les 22 et 23 mars prochains avec des clés pour lever les verrous organisationnels, légaux et techniques.