×

Message d'erreur

La création de ce type de contenu est réservée aux bénévoles.

Portrait de pro : Diane Le Hénaff

Emploi

"Le système d'information porte l'image d'une entreprise."
 

Diane Le Hénaff-Stitelet est ingénieure systèmes d'information à l'Institut national de la recherche agronomique (INRA). Elle enseigne les technologies de l'information et les systèmes d'information en Master 2 Information scientifique et technique (IST) à l'Université de Versailles St-Quentin. Elle est aussi membre du Conseil d'administration de l'ADBS et co-animatrice du secteur Recherche.
 

Vous êtes ingénieur système d'information. Est-ce que cela signifie que vous êtes informaticienne ?

Pas du tout. J'ai tout d'abord travaillé dans le domaine de la documentation et plus particulièrement en IST pendant presque cinq ans. J'ai participé ensuite à la mise en place d'un système d'information documentaire à l'Institut de recherche pour le développement (IRD). Cette dernière expérience m'a incitée à pousser plus loin l'expérience "systèmes d'information". J'ai rejoint alors les équipes de la direction de l'innovation et des systèmes d'information (DISI) de l'INRA.
 

Quelle mission vous a-t-on confiée à l'INRA ?

J'ai été recrutée pour renforcer l'équipe qui administre le système d'information INRA-CompAct. Cette base de données, qui date de 1993/1994, décrit les activités de recherche de l'INRA et les compétences de ses chercheurs. Elle est alimentée par des personnes habilitées : directeurs d'unité, chefs de département, présidents de centre qui accèdent à différents niveaux en fonction de leur profil (soit environ 450 personnes au sein de l'INRA). L'information est ensuite restituée via le web avec une interface ouverte à tous, en français et en anglais, et une interface pour l'intranet.

L'équipe à laquelle j'appartiens associe les activités avec les structures, les personnes et les productions scientifiques et valorise ainsi les unités de recherche et les activités de l'INRA. Le système assure ainsi une visibilité nationale et internationale des recherches de l'INRA.
 

Y a-t-il d'autres systèmes d'informations à l'INRA ?

On trouve bien sûr des systèmes d'information dits « métiers » - gestion des ressources humaines (RH) et financière - mais également le système d'information des productions scientifiques. L'intérêt est de donner une cohérence entre ces différents systèmes en les faisant communiquer. Chacun d'eux est porteur de données de qualité, utiles pour les autres applications. Les personnes viennent de l'application RH, les activités de CompAct, les productions du système documentaire...
 

Quel est votre rôle dans cet ensemble ?

J'ai un double rôle : local et institutionnel. Au niveau local, j'administre le système d'information CompAct qui consiste à communiquer, former et aider les usagers, réaliser des extractions ou des plaquettes de présentation, etc. Au niveau institutionnel, je fais une veille permanente sur les réformes en cours et leurs impacts sur l'organisation de l'INRA ainsi que les projets de nos partenaires scientifiques.
 

Vous êtes en quelque sorte une interface...

Oui, dans la mesure où le relationnel occupe une grande partie de mon temps. Nous communiquons en interne et en externe par courriers électroniques et des interventions dans les centres INRA. Nous ne dispensons pas seulement une aide aux usagers, nous essayons de comprendre leurs problèmes, leurs habitudes et de faire évoluer notre service en conséquence. D'autre part, nous collaborons étroitement avec les directeurs de recherche à qui nous nous efforçons d'apporter des réponses efficaces et rapides.

Mais nous sommes plus que cela puisque nous effectuons aussi des traitements sur les données en transformant celles qui proviennent des imports, en réalisant des tableaux de bords et des indicateurs à destination de nos dirigeants et des plaquettes de présentation des départements et des centres INRA.
 

Votre équipe est constituée majoritairement de professionnels de l'information-documentation...

Il n'y a, en effet, qu'un seul informaticien, car les aspects informatiques, contrairement à ce que l'on pourrait penser, ne sont pas prédominants. Cinq de mes collègues sont issus du domaine de la documentation. D'ailleurs lorsqu'on examine les compétences nécessaires pour exercer ce métier, on s'aperçoit que les professionnels de l'information y ont leur place.

Certes, il faut connaître les bases de données, être capable de créer et de modifier des pages web, d'utiliser des outils d'édition XML ou des outils de reporting. Mais la capacité d'organisation, les qualités relationnelles, la connaissance du milieu scientifique sont des atouts tout aussi importants.

Pour notre système d'information INRA-CompAct, la composante informationnelle l'emporte sur la composante gestion. C'est pourquoi, à l'époque de sa création, la direction générale de l'INRA avait préféré ouvrir ces postes aux professionnels de la documentation.

 


© L'Oeil de l'ADBS, M. B., avril 2006

Rédigé par ADBS.
Publication le 22 avril 2006 - Mise à jour le 14 octobre 2008