×

Message d'erreur

La création de ce type de contenu est réservée aux bénévoles.

Portrait de pro : Areti Ramachandra Durga Prasad

Emploi

Areti Ramachandra Durga Prasad est enseignant-chercheur en sciences de l'information à Bangalore (Inde). Originaire de l'Andhra Pradesh, dans le sud de l'Inde, A.R.D. Prasad appartient à l'équipe d'enseignants de l'Institut de statistique indien (ISI) dont l'un des sièges est à Bangalore, la "Silicon Valley" indienne.
 

Vous travaillez dans un institut de statistique. Dois-je comprendre que vous avez des compétences dans ce domaine ?

En fait, pas du tout ! L'Institut de statistique indien de Bangalore dispose depuis très longtemps d'un centre de documentation et de recherche en sciences de l'information. Ce centre a été créé par S.R. Ranganathan, qui a inventé la classification à facettes*.
 

J'ai entendu parler de Ranganathan pendant mes études. Mais j'avoue ne rien connaître sur sa vie. Comment a-t-il été amené à créer ce centre ?

Il a occupé son premier poste de bibliothécaire à Madras. Mais c'était aussi un mathématicien, ce qui explique sans doute qu'il se soit passionné pour les systèmes de classification. En 1947, il a présidé la commission Documentation de l'institut de normalisation indien. Il a occupé différents postes en Inde et a aussi séjourné à Zürich. À la fin des années cinquante, il a accepté de créer ce centre, à Bangalore, qui devait former des bibliothécaires spécialisés, recherchés par les entreprises qui commençaient à s'installer dans la région.
 

Mais vous, quelle formation avez-vous suivie ?

J'ai fait des études de philosophie et de bibliothéconomie, disciplines pour lesquelles j'ai obtenu un master. J'ai soutenu ensuite une thèse en sciences de l'information, et je me suis spécialisé en intelligence artificielle.
 

Quel poste occupez-vous à l'Institut de statistique où vous travaillez actuellement ?

Je suis entré dans cet institut, qui est aussi un centre d'enseignement, en 1990. J'y occupe un poste d'enseignant-chercheur. Je donne des cours à des étudiants en bibliothéconomie. J'y enseigne les technologies de l'information, différents autres aspects liés aux bibliothèques numériques, mais aussi la sémantique, qui est au centre de mes préoccupations actuelles. J'organise en effet une conférence internationale en février 2007 à Bangalore sur ce thème.
 

Vous vous présentez comme spécialiste en bibliothéconomie et en sciences de l'information. En Inde, fait-on une différence entre les deux métiers qui découlent de ces formations ?

Pas vraiment. S'il y a une différence, c'est surtout avec les bibliothèques scolaires. Ces deux disciplines permettent de travailler à la fois dans des bibliothèques générales ou des centres d'information spécialisés.

En revanche, c'est vrai qu'il y a deux grandes associations dans le pays : l'Indian Library Association d'une part et l'Indian Association of Special Libraries and Information Centers (IASLIC) d'autre part, dont je suis le vice-président.
 

J'imagine que vos actions en tant que vice-président recoupent vos centres d'intérêt en tant que chercheur et enseignant...

Oui, sans doute, puisque je fais la promotion des logiciels libres, de l'accès libre à l'information, des dépôts numériques et des archives ouvertes. En Inde, il y a 40 dépôts d'archives en ce moment, dont 25 doivent être soutenus pour leur mise en oeuvre. Je donne également des formations dans ce cadre.

En outre, je suis membre de la section "Bibliothèques" de la Commission nationale [pour la promotion la création et la diffusion] de la connaissance (National Knowledge Commission). Le groupe soutient plusieurs programmes permettant de promouvoir la société de la connaissance et accorde des fonds pour encourager les dépôts de documents dans les archives ouvertes. Je participe aussi à la définition de différents guides.


* Ranganathan a établi qu'un même concept pouvait être indexé sous cinq points de vue, ou facettes : personnalité, matière, énergie, espace, temps.
 

enlightenedIASLIC :The Indian Association of Special Libraries and Information Centers (IASLIC), créée en 1955, compte 1500 membres. Elle publie des revues et organise des séminaires et des conférences.

L'Institut de la statistique indien

L'Institut de la statistique indien, créé en 1947 à Bangalore, dispose depuis 1962 d'un centre de recherche et de formation. Il propose plusieurs masters et des programmes de recherche en bibliothéconomie spécialisés dans les domaines des bibliothèques numériques, du knowledge management, etc.

Ses autres départements sont consacrés à l'analyse économique et bien évidemment aussi au contrôle de qualité, à la statistique et aux mathématiques. Il dispose d'une bibliothèque renommée.

 


© L'Oeil de l'ADBS, M. B., déc. 2006

Rédigé par ADBS
Publication le 22 décembre 2006 - Mise à jour le 11 avril 2020