Accès direct au contenu

English flag English

Recherche avancée

ADBS
L'association des professionnels de l'information
et de la documentation


Vous êtes ici : Accueil > Accéder à la doc professionnelle > Nous avons lu...

Audiovisuel / Image

Visiteurs photographes au musée / Sous la dir. de Serge Chaumier, Anne Krebs, Mélanie Roustan

publié le 7 janvier 2014

Paris : La Documentation française, 2013. -317 p. – (Musées-Mondes). - ISBN : 978-2-11-009212-0 : 24 €

Analyse de Michèle BATTISTI

michele.battisti[at]adbs.fr

LE MUSÉE, BIEN PLUS QU'UN SIMPLE LIEU D'EXPOSITION

Les musées ont-ils le droit d'interdire que l'on photographie leurs œuvres ? Est-ce même opportun alors que la « pratique photographique est un moyen d'action culturelle » ? Le musée est, en effet, bien plus qu'un simple lieu d'exposition.

Face à la valse-hésitation des choix selon les pays, selon les établissements, voire même selon les différentes œuvres d'un même musée, voici un ouvrage qui permettra de se forger une opinion sur un sujet qui fait débat, surtout depuis l'interdiction de photographier, largement médiatisée, au musée d'Orsay.

Une telle interdiction peut-elle se fonder sur le droit d'auteur ? Le domaine public et la copie privée s'invitent alors. Sur le droit du propriétaire ? Seul le propriétaire privé peut s'appuyer sur le « trouble anormal » causé par la diffusion du cliché. L'occupation du domaine public ? Cet argument serait réservé aux lourdes installations. En revanche, lorsque l'œuvre est reproduite sur le site web du musée, c'est le droit des photographes ou celui des bases de données qui entreraient en lice. Il y a aussi les droits des architectures, des scénographies, tous ces éléments susceptibles d'être photographiés. Mais tous les arguments juridiques (ou presque) peuvent être balayés. Et si certains, fondés sur la sécurité des œuvres, peuvent être quelquefois avancés, exit cependant le flash, argument technique souvent avancé, qui n'abîme pas les œuvres. Ne restent plus que le confort des visiteurs, le souci de « fluidifier les parcours », voire (surtout ?) d'inciter à l'achat de produits dérivés vendus par le musée.

L'architecture, la scénographie du musée sont-elles protégées ? Ne privatiserait-on pas ainsi l'espace public, un bien commun ? Les visiteurs photographes, une gêne ? Peut-être, mais l'interdiction peut alors devenir un jeu, comme pour les visiteurs adeptes d'OrsayCommons. L'ouvrage propose aussi une réflexion sur la gamme des usages professionnels (enseignement, recherche, création), mais aussi sur une gamme de profils et d'usages pas toujours artistiques imaginés par le public. Pourquoi, en effet, se contenter des clichés standardisés proposés par les musées alors que photographier dans un musée a des dimensions toutes autres, tout aussi créatives ?

Au-delà du droit, cet ouvrage collectif offre une approche sociologique, anthropologique, esthétique, muséologique des pratiques et des représentations des utilisateurs. Quand photographier construit du sens, tout comme la mise en ligne sur les réseaux, c'est la mission de service public qui s'invite alors. Sans parler des processus collaboratifs de documentation, des wikis, du crowdsourcing, de l'alimentation de bases de données et d'animations variées prises à titre d'exemples qui convoquent les sciences de l'information et de la communication. Bien loin de l'optique de la vente d'objets terriblement réductrice, on se positionne ainsi sur ce qui redonnera au musée « son autorité, son expertise et sa légitimité scientifique par l'encadrement des documents photographiques produits ». Ne négligeant aucun angle, l'ouvrage présente les politiques et les actions adoptées par un grand nombre de musées en France et ailleurs dans le monde, et s'interroge sur les possibles évolutions dans l'avenir.

Rédigé par ADBS

mise à jour le 28 mars 2014


L'ADBS sur les réseaux sociaux

NOUS SUIVRE
    

PARTAGER CETTE PAGE

haut de la page

ADBS.fr - Site du premier réseau européen de documentalistes