Accès direct au contenu

English flag English

Recherche avancée

ADBS
L'association des professionnels de l'information
et de la documentation


Vous êtes ici : Accueil > Accéder à la doc professionnelle > Nous avons lu...

Vers un nouvel archiviste numérique / coord. par Valentine Frey et Matteo Treleani

publié le 15 décembre 2013

Paris : INA Editions : L’Harmattan, 2013. – 218 p. – ISBN 978-2-336-00174-6 : 22 €

Analyse de Marie-France Blanquet
mfblanquet[at]laposte.net

LES PROBLÉMATIQUES DE LA NUMÉRISATION DU PATRIMOINE

Les institutions patrimoniales comptent parmi les plus touchées par l'évolution permanente des nouvelles technologies. Ce constat motive les auteurs à prendre ou à reprendre la plume pour approfondir les problématiques scientifiques liées à la numérisation du patrimoine et à sa mise à disposition à travers les médias numériques 1, « Approcher les archives en terme de patrimoine signifie considérer les enjeux mémoriaux dans le cadre de la transmission et par conséquent considérer la possibilité d'en permettre l'accès ». L'ouvrage aborde de façon théorique la nécessité de nouvelles disciplines pour affronter ces nouveaux enjeux puis présente cinq cas d'études relevant de diverses approches disciplinaires et de terrain.
Écrite en priorité à destination des archivistes et de tous ceux qui travaillent dans des institutions patrimoniales, cette étude collective est intéressante pour tout professionnel de l'information. D'abord parce qu'elle lui apporte une approche originale de concepts familiers, vus d'une autre science, comme celui de document, (à cet égard, la communication de F. Rastier est particulièrement parlante). Le concept de diplomatique, absent du Vocabulaire de la documentation convient très bien - ou devrait très bien convenir - aux documentalistes confrontés aux problématiques de la surinformation, soucieux de démêler le bon grain informationnel de l'ivraie. Ce document est également intéressant par la diversité des exemples proposés dans la seconde partie de l'ouvrage.
Ce livre insiste sur la nécessité aujourd'hui de sortir de sa ou des ses spécialisations. Les chercheurs, en particulier, sont interpellés en ce sens. Le professionnel de l'information découvre que d'autres scientifiques soulèvent les mêmes interrogations que lui. Il découvre également, à travers certains textes, la bizarre image que se font d'eux certains auteurs, comme s'ils n'avaient jamais entendu parler d'indexation et d'analyse documentaire ou, pire, comme s'ils ignoraient totalement le mot documentation, le métier et les sciences de l'information qui l'accompagnent. Il est frappant de constater, par exemple, que le terme de sciences de l'information est complètement absent de cet ouvrage placé sous le signe des sciences humaines. Pour preuve, l'œuvre d'Otlet est bien analysée mais pas une seule fois ce « bibliographe » n'est présenté comme le « Père de la documentation ». Pas une seule fois ce terme n'apparaît dans l'article de D. Guerra. Il est donc grand temps que les professionnels de l'information s'invitent chez leurs collègues et dans les journées sur les sciences humaines et patrimoine numérique qu'ils pourraient organiser.

1. Cet ouvrage trouve son origine dans la journée d'étude « Sciences humaines et patrimoine numérique » co-organisée par l'INA et l'université Paris Diderot en novembre 2010.


Rédigé par ADBS

mise à jour le 15 décembre 2013


L'ADBS sur les réseaux sociaux

NOUS SUIVRE
    

PARTAGER CETTE PAGE

haut de la page

ADBS.fr - Site du premier réseau européen de documentalistes