Accès direct au contenu

English flag English

Recherche avancée

ADBS
L'association des professionnels de l'information
et de la documentation


Vous êtes ici : Accueil > Accéder à la doc professionnelle > Nous avons lu...

Theory in Information Behaviour Research / Tom D. Wilson (dir)

publié le 2 juin 2014

Sheffield : Eiconics Ltd, 2013. – 182 p. – ISBN 978-0-9574957-0-8 : 9,99 $ USD

Analyse de Joachim SCHÖPFEL
joachim.schopfel[at]univ-lille3.fr


UNE INTRODUCTION AUX TRAVAUX ANGLO-SAXONS EN SCIENCES DE L'INFORMATION

Tom D. Wilson, professeur émérite et ancien directeur du département des sciences de l'information de l'Université de Sheffield, a réuni huit essais originaux sur les pratiques informationnelles. L'objectif est de fournir aux étudiants, doctorants et chercheurs en sciences de l'information un cadre pour mieux comprendre différentes approches théoriques des besoins et comportements des utilisateurs de l'information. Il s'agit d'un point de départ, d'un tour d'horizon succinct et didactique, destiné à inciter réflexion et recherche.

Théorie de l'activité : T.D. Wilson s'intéresse à la théorie de l'activité développée par L. S. Vygotsky et ses successeurs A.N. Leont'ev et Y. Engeström. Il dresse un inventaire des recherches sur les pratiques informationnelles mobilisant cette théorie. C. Kuhlthau l'évoque avec le concept de zone d'intervention, le groupe de recherche AIMTech l'applique aussi. Une bibliographie et une webographie complètent l'essai.

Théorie critique : G. Benoit présente l'origine et le développement de la Critical Theory, issue de l'École de Francfort, depuis les premiers penseurs du début du 20e siècle, avec M. Horkheimer, T. Adorno, jusqu'à K.-O. Appel, H. Jonas, A. Honneth. Le modèle de J. Habermas est présenté plus en détails.

Théorie du construit personnel) : R. Reynolds fait le point sur la théorie de G. Kelly, reprise par C. Kuhlthau pour conceptualiser le processus de recherche d'information et les effets de l'incertitude sur celui-ci. Ses travaux restent parmi les plus cités dans la communauté des chercheurs qui travaillent sur les pratiques informationnelles.

Théorie de la personnalité : Quel est l'apport de la psychologie de la personnalité à la recherche des comportements et pratiques de l'information ? Quel est l'impact des théories factorielles de la personnalité dans les sciences de l'information ? J. Heinstrom aborde en particulier le modèle des cinq facteurs (Goldberg, Costa & McCrae) et l'interaction avec l'environnement.

Théorie de la pratique (ou pragmatique) : A. Cox aborde des approches assez hétérogènes, de la phénoménologie à la sociologie de P. Bourdieu. Le point commun est le focus sur les pratiques, le comportement au quotidien, une approche non cognitive qui a trouvé des champs d'application dans des études sur les pratiques des chercheurs ou encore sur les médias sociaux.

Théorie socio-cognitive : A. Palsdottir consacre son essai à A. Bandura qui, à partir des années 60, à développé un modèle socio-cognitif du comportement, des interactions et de l'environnement. Son concept de l'auto-efficacité a trouvé un écho intéressant dans plusieurs études sur la recherche et l'usage de l'information et surtout dans le domaine des processus d'apprentissage de l'information literacy.

Phénoménologie sociale : À cheval entre philosophie (Husserl), sociologie et psychologie, T.D. Wilson et R. Savolainen présentent une synthèse de l'approche d'Alfred Schutz qui peut servir de cadre théorique structurante pour des recherches sur l'interaction homme-machine ou sur les dispositifs de l'information.

Approches théoriques est-européennes et russes : E. Macevicuite fait la synthèse de la recherche des pratiques informationnelles dans les pays de l'ancien bloc de l'Est, de la 2e moitié du 20e siècle, particulièrement sur les besoins informationnels, la lecture et la culture de l'information. Ce chapitre est non seulement différent des autres par son contenu, mais il est surtout unique, une telle synthèse n'ayant jamais été réalisée.

Chaque chapitre rappelle le cadre théorique utilisé, son histoire et ses principes, montre les applications réelles et potentielles en sciences de l'information et propose une riche liste bibliographique. Toutes ces théories peuvent être utiles aux étudiants et aux chercheurs pour guider leurs travaux, réfléchir sur leurs collectes de données et analyser leurs résultats. Elles proposent, comme l'indique T.D. Wilson, des explications alternatives des phénomènes sociaux observés en contexte et non des prédictions sur des futurs comportements informationnels. Seul regret : l'absence d'un chapitre sur les approches fonctionnelles de l'information et de la communication. Mais le livre se veut évolutif, ouvert à d'autres contributions et théories.

Tous les auteurs sont des scientifiques affirmés et leurs contributions sont claires, compréhensibles, didactiques. Au-delà de l'intérêt pour les sciences de l'information, ce petit ouvrage offre une introduction synthétique de quelques courants anglo-saxons majeurs des sciences sociales du 20e et du début du 21e siècle.

On peut acheter ce livre en différents formats (epub, pdf, mobi, txt, etc.) sur la plateforme du distributeur Smashword à l'adresse suivante https://www.smashwords.com/books/view/336724




Rédigé par ADBS

mise à jour le 26 juin 2014


L'ADBS sur les réseaux sociaux

NOUS SUIVRE
    

PARTAGER CETTE PAGE

haut de la page

ADBS.fr - Site du premier réseau européen de documentalistes