Accès direct au contenu

English flag English

Recherche avancée

ADBS
L'association des professionnels de l'information
et de la documentation


Vous êtes ici : Accueil > Accéder à la doc professionnelle > Nous avons lu...

Bibliothèque

The Future of Scholarly Communication / Deborah Shorley, Michael Jubb (dir.)

publié le 15 décembre 2013

London : Facet Publishing, 2013. – 188 p. – ISBN 978-1-85604-817-9 : 49,95 £

Analyse de Joachim Schöpfel

joachim.schopfel[at]univ-lille3.fr

UN ÉCOSYSTÈME COMPLEXE

La communication scientifique a une longue histoire, faite de continuités et de ruptures. Quel est son avenir ? Deux auteurs anglais - Deborah Shorley de la bibliothèque universitaire du Imperial College à Londres et Michael Jubb, directeur du Research Information Network (RIN) - viennent de publier un ouvrage collectif qui fournit une synthèse des changements en cours.

L'introduction par M. Jubb pose le problème, avec un panorama des mutations de l'écosystème de la communication scientifique. L'approche systémique inclut aussi bien les rôles, comportements et besoins des acteurs en place que leurs relations et décrit quelques évolutions significatives, telles que l'accès aux données de la recherche, l'évaluation, le libre accès à l'information et les infrastructures des services. La première partie du livre est consacrée aux changements du comportement des chercheurs. Six chapitres abordent le partage des résultats en sciences chimiques, l'archivage de la recherche qualitative en sciences humaines et sociales, le comportement des jeunes chercheurs, la « cybertaxonomie » en sciences de la vie (c'est-à-dire l'impact des NTIC sur les classifications scientifiques), le défi des résultats de la recherche (big data) et la valeur des médias sociaux pour la communication scientifique (blogs, wikis, Twitter, Facebook). Deux autres chapitres font le lien entre ces développements et l'édition scientifique, du point de vue des chercheurs (D. Prosser) et de celui des éditeurs (R. Bennett).

La deuxième partie, plus courte, analyse les rôles et responsabilités de plusieurs acteurs dans cet écosystème de la communication scientifique. M. McGrath, longtemps rédacteur en chef d'une revue chez Emerald, décrit les changements d'activité et de compétence de cette fonction centrale de la sélection et la diffusion de l'information scientifique. Le point de vue d'une agence de moyens est présenté par R. Kiley du Wellcome Trust, l'une des grandes agences fortement engagées dans le mouvement du libre accès. Trois autres chapitres étudient l'avenir de la communication scientifique du point de vue de l'institution, par rapport à la stratégie scientifique de l'organisme, du point de vue de la bibliothèque scientifique et, pour finir, de l'utilisateur de cette bibliothèque. Deux perspectives majeures ressortent de ces études : l'importance croissante du libre accès à l'information (archives institutionnelles, revues en libre accès) et la nécessité de gérer les résultats de la recherche dans leur ensemble, données (data) et publications confondues.

L'ouvrage collectif met l'accent sur le comportement, les rôles, fonctions et besoins des acteurs majeurs de cet « écosystème complexe ». Cette approche permet au lecteur de mieux comprendre l'interdépendance entre les chercheurs, les institutions et les éditeurs, et les dynamiques disciplinaires, comportementales et technologiques à l'œuvre. Les chapitres sont des travaux originaux, non publiés par ailleurs et mélangent des études de cas (Mass Observation Archive, Wellcome Trust, sciences chimiques, sciences de la vie) avec des synthèses plus larges, afin de faciliter une compréhension globale.

Les auteurs insistent sur les ruptures technologiques et structurelles de la communication scientifique, sur les dynamiques à l'œuvre et sur les intérêts divergents des acteurs. Mais, à travers les ruptures, le lecteur apercevra en filigrane la continuité des fonctions principales de ce système, notamment la production et la diffusion de nouvelles connaissances, toujours en plus grand nombre et toujours plus rapide.

Rédigé d'une manière compréhensible par des auteurs anglais et engagés, le livre est destiné aux professionnels, chercheurs et étudiants de la documentation et de l'édition et à un public international. Incitation à intervenir dans le système et à anticiper l'avenir, il restera sans doute l'une des contributions majeures de ces dernières années au débat de l'information scientifique.


Rédigé par ADBS

mise à jour le 15 décembre 2013


L'ADBS sur les réseaux sociaux

NOUS SUIVRE
    

PARTAGER CETTE PAGE

haut de la page

ADBS.fr - Site du premier réseau européen de documentalistes