Accès direct au contenu

English flag English

Recherche avancée

ADBS
L'association des professionnels de l'information
et de la documentation


Vous êtes ici : Accueil > Accéder à la doc professionnelle > Nous avons lu...

Qu’est-ce que rechercher de l’information ?

publié le 8 mars 2011

Nicole Boubée et André Tricot. – Villeurbanne : Presses de l’Enssib, 2010. – 286 p. – (Papiers. Série Usages des documents). – ISBN 978-2-910227-83-8 : 39 €

Qu'est-ce que rechercher de l'information ? / Nicole Boubée et André Tricot. - Villeurbanne : Presses de l'Enssib, 2010. - 286 p. - (Papiers. Série Usages des documents). - ISBN 978-2-910227-83-8 : 39 €

« Rechercher de l'information dans les bases de données, dans le Web ou même à l'intérieur d'un document, est devenu une activité extrêmement commune dans la "société de l'information". » Par cette entrée en matière, les auteurs[1] donnent le ton en dépassant d'emblée le cadre des dispositifs documentaires traditionnels où la recherche était confinée à l'utilisation d'un système. Mais cet ouvrage va plus loin : les auteurs partent de deux autres constats pour étendre encore davantage le périmètre de leur sujet d'étude.

Tout d'abord, Nicole Boubée et André Tricot postulent que la recherche d'information n'est pas une fin en soi : elle s'effectue dans le cadre d'une autre activité ou tâche. Ce contexte est essentiel à prendre en compte dès lors que l'on souhaite étudier « comment les humains recherchent de l'information » (p. 7) et non comment fonctionnent les dispositifs techniques. En distinguant les démarches et pratiques en fonction d'un contexte propre à chaque chercheur d'information, cette approche conduit à (ré)affirmer que la démarche de recherche de l'information par des professionnels « médiateurs » pour le compte de leurs utilisateurs est nécessairement différente de celle mise en œuvre par les utilisateurs eux-mêmes pour leur propre compte.

Puis, prenant acte du fait que « la diffusion des TIC transforme radicalement les environnements [informationnels mis à disposition] tant dans les milieux scolaires que sur les lieux de travail et plus récemment dans les foyers domestiques » (p. 137), ils étendent le champ de leurs travaux à des publics et à des usages traditionnellement peu observés. Ainsi des pratiques de recherche d'information appelées ici « ordinaires », nécessaires dans les activités de la vie de tous les jours, sont étudiées en plus de celles liées à l'apprentissage et aux activités professionnelles - pour les distinguer des usages des chercheurs scientifiques. Les auteurs remarquent aussi que toute activité, quelle qu'elle soit, nécessite une ou plusieurs recherches d'information, non nécessairement formalisées mais bien réelles. Ce qui permet un apprentissage informel aboutissant à des compétences documentaires implicites.

Centré sur ce périmètre étendu, l'ouvrage propose un état de l'art international sur les théories et les méthodes de ce qu'est aujourd'hui la recherche de l'information. L'orientation des travaux offre des repères historiques enrichis par rapport à ce qui était montré traditionnellement en France : le développement dans les années 1950 de ce domaine avec une forte orientation « système » s'est établi à partir du champ professionnel et scientifique que l'on appelle dans les pays anglo-saxons les LIS, ou Library and Information Sciences, mais il s'est enrichi grâce à l'apport de théories et méthodes orientées « usagers » issues de la psychologie et particulièrement de la psychologie cognitive.

L'ouvrage est structuré en quatre parties : « La recherche à travers les publics », « La recherche à travers les disciplines » (LIS, psychologie cognitive et approches transverses), « Domaines d'application » (enseignement, santé, vie de tous les jours) et « Questions vives ». Il est impossible de restituer ici la richesse des thèmes traités : précisions terminologiques sur les notions de recherche (documentaire, de l'information, recherche interactive, chercher, rechercher, etc., p. 13-17), renouvellement de la notion d'expert/novice (p. 38-52), analyse critique de la notion de besoins (p. 20-31), jugements de pertinence (p. 99-114) ou encore nécessité de théoriser la recherche collaborative en prenant mieux en compte la conceptualisation de ce mode de recherche et pas uniquement celle de la collaboration (p. 227-230)...

Cette étude s'appuie essentiellement sur des travaux de synthèse dont les auteurs (cités dans la bibliographie) ne sont pas nécessairement les chercheurs auteurs des travaux d'origine. Les méthodes (d'enquête) et les théories qui sous-tendent ces travaux sur la recherche de l'information sont présentées, analysées, comparées et critiquées. Les chercheurs et spécialistes trouveront une revue approfondie, à partir de l'exposé d'enquêtes réalisées, des méthodes utilisées et utilisables pour conduire des enquêtes, leurs origines et pratiques, leurs avantages et limites. Nous citerons, par exemple, la méthode de l'autoconfrontation ou confrontation du sujet à ses propres traces (p. 173-190), une méthode « curieusement [...] faiblement employée [...] sur la RI dans les LIS » (p. 172).

Cet ouvrage est une véritable « base de connaissance », à la fois synthétique et richement documentée, généreusement mise à disposition par deux chercheurs français à l'attention des autres chercheurs. Il n'offre pas aux praticiens des solutions clés en main mais, très accessible grâce aux expériences présentées, il permet de réviser les notions de base que l'on considérait comme des « vérités » et, ainsi, de poser un regard neuf sur nos pratiques.

Il manque cependant à ce livre tous les outils d'accès dont auraient besoin les lecteurs désireux d'exploiter cette volumineuse base d'information : pas de numérotation du texte, pas de table des matières détaillée[2] ni d'index, une bibliographie assez peu exploitable et pas de support numérique en complément du papier... On conviendra que cela peut paraître paradoxal dans un ouvrage sur la recherche de l'information, fût-il par ailleurs magistral !

Sylvie Dalbin


[1] Nicole Boubée est enseignante-chercheuse (docteure et mdc en SIC au LERASS à Toulouse). Elle a effectué sa thèse sur les pratiques documentaires ordinaires, sous la co-direction de Viviane Couzinet et André Tricot en 2007. Professeur en psychologie cognitive à l'IUFM Midi-Pyrénées, André Tricot est connu depuis le début du Web pour ses travaux sur la navigation au sein des hypermédias et en particulier sur les questions de recherche au sein de ces documents (site personnel : http://andre.tricot.pagesperso-orange.fr). Depuis plusieurs années, les deux auteurs produisent en collaboration

[2] Nous en avons établi une version courte que l'on peut consulter à l'adresse http://descripteurs.posterous.com/40024168 et une version détaillée (http://tinyurl.com/tricot-boubee) à partir de laquelle il serait aisé de construire un index.


Rédigé par

mise à jour le 14 avril 2011


L'ADBS sur les réseaux sociaux

NOUS SUIVRE
    

PARTAGER CETTE PAGE

haut de la page

ADBS.fr - Site du premier réseau européen de documentalistes