Accès direct au contenu

English flag English

Recherche avancée

ADBS
L'association des professionnels de l'information
et de la documentation


Vous êtes ici : Accueil > Accéder à la doc professionnelle > Nous avons lu...

Audiovisuel / Image

Politique des algorithmes : les métriques du web / Présentation de Dominique Cardon

publié le 15 décembre 2013

Paris : La Découverte, 2013. – 281 p. – ISBN 978-2-7071-7548-9 : 25 € Numéro de : Réseaux. Communication, technologie, société, ISSN 0751-7971, février-avril 2013, vol. 31, n°177

Analyse de Marie-France Blanquet
mfblanquet[at]laposte.net

INTERPRÉTER ET ORDONNER LES DONNÉES DU WEB

Politique des algorithmesLe titre donné à ce dossier risque de faire fuir « les littéraires ». Ils auraient grandement tort car ce document est passionnant. Il fait passer le lecteur derrière l'écran et, au contraire des hommes de la caverne de Platon, lui apporte de nombreux éclairages sur de multiples points restés jusqu'alors et, pour beaucoup, dans l'ombre. À l'ère des « big data », où les traces laissées par les internautes se multiplient (souvent à leur insu), certains s'attachent à construire de nouveaux artefacts computationnels destinés à interpréter les mondes de données. Ce numéro de Réseaux, déclare D. Cardon, veut mettre en relation « la prolifération des données publiées sur le Web et la diversité des pratiques mises en œuvre pour les ordonner ». Pour répondre à cette demande, plusieurs auteurs livrent cinq textes complémentaires, très bien coordonnés, documentés et écrits de façon extrêmement claire.

D. Pontille et D. Torny proposent d'abord une approche historique pour présenter les outils de mesure destinés à l'évaluation de la recherche scientifique. Cela les conduit à rappeler l'importance de l'analyse des citations ainsi que les circonstances de la publication du Journal of citation reports. D'autres producteurs d'outils naissent par la suite, tels le Scopus d'Elsevier ou Google Scholar. Ils ouvrent des pistes sur de « nouveaux algorithmes » qui conduisent vers des outils alternatifs liés au mouvement de l'Open Access. L'objectif de D. Cardon ensuite est de comprendre « ce que Google a fait au Web et du Web ». Ceci en ranimant les principes qui fondent le Pagerank, « machine morale ». Pour cela, il retrace l'historique de son invention pour mieux expliciter les justifications qui le nourrissent et déboucher ainsi sur les raisons de la crise qui, aujourd'hui, l'agite. Cosignée par A.-S. Pharabod, V. Nikolski et F. Granjon, une contribution permet au lecteur de comprendre l'idéologie du « self-tracking » et de découvrir les outils destinés à parfaire la connaissance de soi par les chiffres, dans les multiples facettes de la vie quotidienne. À partir d'exemples concrets, les auteurs s'interrogent sur la possibilité d'une standardisation des activités privées. Ils démontrent l'écart qui sépare les discours qui portent sur ces nouveaux services et la réalité de leurs pratiques par les individus. T. Beauvisage, J.-S. Beuscart, V. Cardon, K. Mellet et M. Trespeuch les suivent en explicitant les résultats d'une enquête menée sur les « Notes et avis des consommateurs sur le web : les marchés à l'épreuve de l'évaluation profane ». Ils montrent que les dispositifs de qualification profanes entrent très différemment en jeu dans la composition des marchés et dans l'expérience des évaluateurs. Enfin, dans un texte un peu abstrait, A. Rouvroy et T. Berns s'interrogent : les usages algorithmiques de la statistique permettent-ils de saisir en toute objectivité la réalité sociale « comme telle » ?». Les auteurs ouvrent le débat sur les menaces qui pèsent sur la vie privée et sur les risques d'aliénation des individus.

« Vu depuis une histoire sociale des techniques, une lecture sociologique, une ethnographie des usages, une approche socio-économique ou philosophique, les différents regards portés sur les métriques du web dans ce numéro voudraient témoigner de l'importance de ce sujet pour les sciences du Web », écrit D. Cardon. Ce témoignage est totalement réussi. Nous y ajoutons son importance pour les sciences en général et pour les sciences de l'information en particulier. Tous les professionnels de l'information devraient prendre connaissance de ce document qui ouvre, en plus de la riche documentation apportée, des portes sur les réflexions que doivent ou devraient avoir tous les citoyens.


Rédigé par ADBS

mise à jour le 15 décembre 2013


L'ADBS sur les réseaux sociaux

NOUS SUIVRE
    

PARTAGER CETTE PAGE

haut de la page

ADBS.fr - Site du premier réseau européen de documentalistes