Accès direct au contenu

English flag English

Recherche avancée

ADBS
L'association des professionnels de l'information
et de la documentation


Vous êtes ici : Accueil > Accéder à la doc professionnelle > Nous avons lu...

Le projet collaboratif 2.0. Pour mobiliser la documentation au service de l’entreprise / Florence Gicquel et Aref Jdey

publié le 29 mars 2012

Le projet collaboratif 2.0. Pour mobiliser la documentation au service de l’entreprise/ Florence Gicquel et Aref Jdey. – Paris : ADBS éditions, 2010. – 62 p.- ISBN 978 2 84365 119 9 : 15 €.

Le projet collaboratif 2.0 : pour mobiliser la Documentation au Il n'est plus besoin d'expliquer le web 2.0. Les technologies du 2.0 font désormais partie de notre quotidien, au travail, à la maison, ou ailleurs. De son côté, l'industrie de l'information développe des outils et services collaboratifs, gratuits ou payants, pour tous les domaines et fonctions.

Voici, à destination des professionnels de l'information et de la documentation, un petit manuel très utile pour mieux s'approprier ce nouveau paysage et pour s'engager dans des projets collaboratifs 2.0. Mais attention : il ne s'agit pas d'une boite à outils mais d'un guide de bonnes pratiques, un guide qui servira aussi de repère lors d'une évaluation ou d'un audit.

Le livre contient quatre parties :

Web 2.0 et organisation des activités documentaires. Cette première partie pose le contexte, détaille les enjeux, souligne l'importance du concept de participation et fixe deux objectifs : la professionnalisation des pratiques et la satisfaction des usagers. Pour ceux qui prennent le train en route ou qui veulent s'engager dans un nouveau projet, les auteurs identifient différents stades de projets, de l'expérimentation au pilote et déploiement, et donnent quelques conseils sur la manière de s'y prendre, tout en appelant à la prudence. Douze questions-clés pour la conduite d'un projet 2.0 terminent ce chapitre. Citons-en deux : Quelles sont les bonnes pratiques du même secteur ou du même métier ?  Quelles sont les modalités de valorisation : communication interne et externe, reporting à la hiérarchie, indicateurs financiers, etc. ?

Panorama des applications. La deuxième partie décrit cinq familles d'applications du web 2.0 : collecte des contenus (capture, téléchargement, copie) ; gestion et partage des contenus ; édition collaborative ; diffusion des contenus (portails personnalisés, blogs et Twitter) ; gestion et animation des communautés. Pour chaque type d'application, les auteurs résument le positionnement et l'utilité des outils, la couverture fonctionnelle sous forme d'une liste de fonctionnalités, et quelques exemples d'usages.  

Retours d'expériences. La troisième partie propose trois études de cas, avec des environnements, objectifs, modalités et résultats très différents les uns des autres : l'offre de service Web 2.0 de la Région Haute-Normandie, le portail UniVersDoc sous Netvibes de l'INTD du CNAM, et la veille collaborative au sein de la société Essilor. Intéressant : chaque étude de cas est accompagnée d'une liste de dix facteurs de succès (soutien du réseau, proximité avec les contributeurs, planning, culture d'entreprise, engagement personnel du chef de projet etc.) et de dix points de vigilance (transparence, autonomie, positionnement de l'offre de service par exemple).

S'engager dans un projet collaboratif 2.0. La dernière partie fait la synthèse des points de vigilance et des facteurs de succès et propose un schéma pour la conception et la mise en place d'un projet 2.0. Les auteurs conseillent de maîtriser cinq aspects critiques : l'organisation en amont, la communication, le droit de l'information, l'évaluation du projet et ses retombées, et le positionnement de la fonction information-documentation. Puis ils relèvent cinq autres aspects qui facilitent la réussite d'un tel projet : la prise en compte des besoins, le soutien hiérarchique, la légitimité du porteur de projet, la facilité de la prise en main des applications, et la reconnaissance tangible du contributeur.

La conclusion du livre met l'accent sur le caractère expérimental, vivant et dynamique de tous ces projets nouveaux, ainsi que sur le rôle essentiel des documentalistes.

L'annexe ajoute une petite webographie, une bibliographie sélective et un glossaire avec une douzaine de termes et acronymes techniques.

Comme tous les volumes de la collection « L'Essentiel sur... » de l'ADBS, Le projet collaboratif 2.0 est concis, précis, concret, pratique. Et c'est sa force : dans un environnement d'information (trop) riche sur le web 2.0, il fait gagner du temps au professionnel en allant à l'essentiel, tout en présentant des initiatives réelles avec leur retour d'expérience. Mieux vaut apprendre des erreurs et impasses des autres - la liste des facteurs de succès aidera à les éviter. Et gagner du temps, c'est gagner en efficacité et impact.

Par ailleurs, l'ouvrage trouvera sa place aussi dans les bibliographies des formateurs et enseignants de la fonction documentaire et sur l'étagère des étudiants. Je l'ai expérimenté avec des étudiants en Master, avec succès : il « leur parle » et leur apporte une vision synthétique et structurante de leur propre pratique informationnelle du web 2.0. Les auteurs, cela se sent à travers le style et l'approche, ne sont pas seulement des professionnels et consultants, mais aussi des enseignants avec une approche didactique éprouvée.

Néanmoins, le premier destinataire du livre restera le documentaliste au sein d'une entreprise ou d'une administration. La lecture de ce livre l'aidera à émettre des propositions et à positionner son service au cœur d'une démarche collaborative. Le livre, en résumé, n'est pas technique mais relève d'avantage du marketing, du management, du consulting et du coaching.

Joachim Schöpfel

joachim.schopfel@univ-lille3.fr



Rédigé par ADBS

mise à jour le 30 mars 2012


L'ADBS sur les réseaux sociaux

NOUS SUIVRE
    

PARTAGER CETTE PAGE

haut de la page

ADBS.fr - Site du premier réseau européen de documentalistes