Accès direct au contenu

English flag English

Recherche avancée

ADBS
L'association des professionnels de l'information
et de la documentation


Vous êtes ici : Accueil > Accéder à la doc professionnelle > Nous avons lu...

La Communication scientifique et le numérique / Guylaine Beaudry

publié le 12 juin 2012

Paris : Hermès : Lavoisier, 2011. – 327 p. - (Traitement de l’information, ISSN 1961-1498). – ISBN 978-2-7462-3133-7 : 79 €

ANALYSE D'UNE MUTATION

La collection « Traitement de l'information » dirigée par Fabrice Papy vient de publier un ouvrage original et intéressant sur la communication scientifique. L'ouvrage est le fruit de la thèse de doctorat de Guylaine Beaudry, préparée sous la direction de Frédéric Barbier, historien du livre, et soutenue en juin 2009 à l'École pratique des hautes études de Paris (Sorbonne) en histoire (textes et documents) avec la mention « Très honorable avec les félicitations unanimes du jury » .

La thèse de Guylaine Beaudry portait sur « la communication scientifique et la révolution numérique (1969-2009) : analyse d'une période de mutation dans une perspective historique ». Le titre de la thèse décrit bien l'approche et la particularité de ce travail. Il s'agit d'une analyse historique comparative de l'acte de publication du système de communication scientifique. Cette perspective historique couvre une période longue, depuis l'apparition des universités au XIIIe siècle jusqu'à nos jours. Au centre de l'étude, deux types de publication, le livre et la revue.

L'objectif du livre est de mieux faire comprendre la mutation numérique, sans verser ni dans l'apologie de l'industrie de l'information, ni dans une attitude d'anxiété et d'abandon. Pour citer l'introduction : « L'étude de la révolution numérique doit prendre place dans le contexte d'une réflexion scientifique dépassent l'euphorie ou l'anxiété que suscite l'apparition d'une nouvelle technologie. Cette démarche prend son élan dans une appréciation lucide du débat, dans le cadre d'une histoire générale des médias » (p. 15). Et un peu plus loin : « Notre contribution à l'histoire du livre consiste à y faire entrer le numérique » (p. 21).

Le premier chapitre plaide pour ce « regard historique sur la révolution numérique ». Il définit les concepts-clés (« le système de communication scientifique est le dispositif de médiation entre tous les acteurs présents et futurs de la recherche »), explique la méthodologie (« éclairage historique par la comparaison ») et la grille de lecture entre évaluation, production et diffusion de l'information scientifique sous forme de livre et de revue.

Par la suite, l'ouvrage réalise une grande fresque historique des livres et revues scientifiques dont le dernier chapitre s'écrit sous nos yeux.

Trois chapitres présentent « une coupe verticale de trois moments de mutation du système de communication scientifique sur une période de cinq siècles » (p. 149).

Le livre savant : Deux chapitres tracent l'histoire du livre savant depuis le livre universitaire du XIIIe siècle au livre imprimé du XVIe siècle. L'analyse embrasse l'objet livre dans sa totalité, depuis la mise en page, les genres, langues et illustrations via les modes de production à l'économie et au marché.

Le journal scientifique : Le chapitre suivant applique la même grille d'analyse à la revue savante du XVIIe siècle, en particulier au Journal des Sçavans et aux Philosophical Transactions. La conclusion de ce chapitre est une sorte de tournant dans l'ouvrage. « L'étude des fonctions et du circuit de communication des publications savantes au temps des premières universités, au moment de l'avènement de la typographie en caractères mobiles ainsi qu'à la période de l'élaboration des conditions de création et de viabilité du périodique scientifique permet d'apprécier une vue d'ensemble du système de communication scientifique moderne » (p. 147).

Cette « vue d'ensemble du système de communication scientifique moderne » correspond à la deuxième moitié du livre.

L'acte de publier : Après la lecture synchronique des chapitres précédents, le 5e chapitre adopte une approche diachronique, en retenant « les thèmes récurrents d'une période à une autre ». La comparaison porte surtout sur l'acte de publier, sur la publicité du document scientifique et sur les circuits de communication.

La production et l'évaluation : Le 6e chapitre étudie le discours scientifique d'abord sous l'aspect de sa production. C'est surtout dans ce contexte-là que l'ouvrage parle de la communication directe et des formats normalisés (SGML, XML). Le chapitre met ensuite l'accent sur l'évaluation (« points de contrôle ») comme une fonction essentielle du système de communication scientifique, et sur les nouveaux modèles pour évaluer publications et/ou chercheurs.

Le champ éditorial : Le dernier chapitre présente les mutations sociales, économiques et organisationnelles de l'édition contemporaine des livres et revues scientifiques. C'est ici que le lecteur trouvera des éléments d'analyse sur la diffusion directe, sur l'agrégation sur le web interactif, sur Google Books et la numérisation massive ou sur les nouveaux modèles économiques des revues.

Une conclusion, une très riche bibliographie et un index terminent l'ouvrage.

Peu d'ouvrages aident à comprendre la transformation de la communication scientifique. Celui-ci en fait partie. C'est l'approche historique et comparative qui permet d'intégrer technologie, économie et fonction, et qui rend le lecteur plus intelligent. Ecrit avec un rare mélange d'expérience professionnelle, de compétence technique et de capacité d'analyse, ce livre demande concentration, patience et curiosité. Mais il restera dans les annales comme l'un des ouvrages de référence de la publication scientifique de notre époque fascinante.

Un mot sur l'auteur : Guylaine Beaudry est directrice d'une bibliothèque universitaire de Montréal. Mais son nom est surtout lié au développement des revues numériques au Canada, au consortium Érudit (www.erudit.org) dont elle a été la fondatrice, au projet Synergie (infrastructure de recherche pour les SHS) et au centre d'édition numérique de l'université de Montréal. Elle est l'auteur de nombreuses publications et communications. C'est cette expérience riche et féconde qui rend la lecture de son livre particulièrement intéressante. A consommer lentement mais sans modération aucune.

Joachim Schöpfel

joachim.schopfel@univ-lille3.fr


Rédigé par ADBS

mise à jour le 12 juin 2012


L'ADBS sur les réseaux sociaux

NOUS SUIVRE
    

PARTAGER CETTE PAGE

haut de la page

ADBS.fr - Site du premier réseau européen de documentalistes