Accès direct au contenu

English flag English

Recherche avancée

ADBS
L'association des professionnels de l'information
et de la documentation


Vous êtes ici : Accueil > Accéder à la doc professionnelle > Nous avons lu...

L’accès à l’information en ligne : moteurs, dispositifs et médiations / Brigitte Simonnot

publié le 26 mars 2013

Cachan : Hermès Science Lavoisier, 2012. – 249 p. – (Systèmes d’information et organisations documentaires). - ISBN 978-2-7462-3829-9 : 49 €


Analyse de Joachim SCHÖPFEL

joachim.schopfel[at]univ-lille3.fr

L'USAGER AU COEUR DE LA RECHERCHE D'INFORMATION

Après plusieurs années de recherche sur les NTIC et TICE, la recherche d'information, la qualité de l'information et les moteurs de recherche, Brigitte Simonnot vient d'en publier les résultats dans la collection Systèmes d'information et organisations documentaires chez Lavoisier. Un livre riche, un ouvrage de référence, une source incontournable sur les dispositifs numériques d'accès à l'information sur Internet.

L'introduction[1] expose la méthode et la logique du livre. En s'appuyant sur la théorie de l'acteur-réseau, l'auteur propose d'analyser les liens entre l'activité humaine et les dispositifs d'accès à l'information à partir du concept de médiation. La médiation a toujours été une dimension importante des missions revendiquées par les professionnels de l'information. Peut-on considérer qu'une partie de ces missions est reprise par les dispositifs techniques ? Nous tentons d'approfondir cette réflexion, en observant l'hybridation des médiations humaines et technologiques dans les processus de mise en relation pour l'accès à l'information (p.17). Le thème de l'hybridation des médiations traverse tous les chapitres et servira de fil rouge au lecteur averti.

Après un premier chapitre sur la notion d'information, Brigitte Simonnot analyse les modèles et les différences entre les systèmes de recherche d'information, dispositifs d'accès à l'information et moteurs de recherche web (chapitres 2 et 3). Le lecteur y trouvera un historique conceptuel de ces technologies : avec un brin de nostalgie les anciens se souviendront de leurs premiers tâtonnements sur la toile...

Le chapitre 4 réunit plusieurs études comportementales et cognitives sur la recherche d'information, à cheval entre les sciences de l'information et de la psychologie (Ellis, Bates, Dervin, Marchionini etc.). Le chapitre 5 place ces études dans le contexte d'un modèle général (ou méta-modèle) de comportement informationnel (Wilson, Ingwersen, Foster, Johnson), en mettant l'accent sur les facteurs individuels, sociaux et technologiques.

Les trois chapitres suivants sont consacrés à la question de la médiation, c'est-à-dire du lien entre usagers, technologies et professionnels en matière d'accès à l'information. Le chapitre 6 aborde la dimension médiatique des moteurs de recherche commerciaux, à partir de deux questions : peut-on les considérer comme de nouveaux média ? Et si oui, comment caractériser leur dimension éditoriale ? Ici, on trouvera quelques réflexions sur l'ergonomie des interfaces.

Le chapitre 7 retourne aux pratiques informationnelles, d'une part sous l'aspect de la motivation et de la raison à l'origine de la recherche d'information, d'autre part sous l'angle de la mise en usage individuelle et collective des technologies (Akrich), et de l'appropriation de l'information. Ici se trouvent vingt pages intéressantes sur le plagiat, la pertinence et la crédibilité de l'information, la confiance et les compétences informationnelles qui invitent à d'autres recherches.

Enfin, le chapitre 8 s'intéresse au rôle des professionnels et des institutions et pose la question des moteurs de recherche comme prescripteurs de normes et de standards. Jouent-ils déjà un rôle d'institution ? Peut-on avoir confiance dans ces dispositifs ?

Le livre finit par un argumentaire en faveur d'une nouvelle approche qui placerait l'acteur au coeur de la recherche, à la place du double paradigme système et paradigme usager, et qui renforcerait la formation à la recherche d'information, à la publication, au partage, à la production collective et aux pratiques créatives. D'une certaine façon, Brigitte Simonnot rejoint ici les écrits de Clay Shirky sur la créativité et la générosité à l'ère d'Internet et de la connexion.

On ferme le livre avec l'envie de relire certains passages, de marquer certaines pages, de reprendre l'un ou l'autre des paragraphes pour aller plus loin, faire des liens, explorer. Brigitte Simonnot parcourt le domaine des moteurs de recherche à l'interface entre les sciences de l'information, la sociologie et la psychologie cognitive, avec plus de 300 références (dont beaucoup d'études anglo-saxonnes) et en citant Lacan, Marx, Popper et Luhmann. Cependant, il ne s'agit pas d'un livre qui dit tout d'une manière exhaustive et définitive. Au contraire, sa richesse et sa diversité ouvrent l'analyse sur d'autres aspects, sur les réseaux sociaux (Twitter, Facebook etc.), sur l'accès à l'information dans l'environnement professionnel, sur l'économie et l'ergonomie de ces dispositifs. Dans ces perspectives, l'ouvrage de Brigitte Simonnot pourra servir de référence et de point de départ conceptuel.

Le livre s'adresse en premier lieu aux enseignants-chercheurs et étudiants des sciences de l'information et de la documentation mais sera utile aussi pour les professionnels en charge de la mise en place et de l'exploitation des dispositifs de veille, de recherche, d'accès à l'information.

Brigitte Simonnot est professeur en sciences de l'information et de la communication à l'Université de Lorraine, Nancy. Parmi ses thématiques de recherche, on trouve les pratiques informationnelles, l'accès à l'information en ligne et les usages des technologies de l'information et de la communication dans l'enseignement.


[1] En ligne sur http://brigittesimonnot.wordpress.com/lacces-a-linformation-en-ligne-introduction/


Rédigé par ADBS

mise à jour le 27 mars 2013


L'ADBS sur les réseaux sociaux

NOUS SUIVRE
    

PARTAGER CETTE PAGE

haut de la page

ADBS.fr - Site du premier réseau européen de documentalistes