Accès direct au contenu

English flag English

Recherche avancée

ADBS
L'association des professionnels de l'information
et de la documentation


Vous êtes ici : Accueil > Accéder à la doc professionnelle > Droit de l’information

Droit de l’information

Identification, identifiant, identité … individu

Journée d’étude organisée par la Fulbi. Paris : 13 janvier 2009

publié le 10 février 2009

Réflexions autour  d'un service d'identité

L'identité est plurielle, c'est ce que rappelle avec force l'environnement numérique.  Pour illustrer les multiples implications de cette réalité, y compris dans les bibliothèques, le représentant de l'Afnic, organisme chargé de gérer les noms de domaine en .fr, commente les différentes missions d'un service d'identité : attribuer un identificateur, authentifier un utilisateur ou une ressource, «  servir » des données à leur égard, y compris à partir de sources externes,  et leur affecter  des  autorisations.

Il fallait mettre, en effet, l'accent sur  la variété des identificateurs (numéro de sécurité sociale, nom et prénom, url, ISBN,  ...), l'extrême diversité des registres mais aussi sur celle des  fournisseurs d'identité puisqu'à côté de l'Etat, les acteurs privés, tels que  Google, Microsoft, Verisign,  et bien d'autres, prospèrent.

Il fallait rappeler aussi que chaque service d'identité avait ses règles et qu'à côté des connotations techniques se posent d'autre questions, notamment lorsque les fichiers sont croisés ou vendus à des tiers. 

Mais peut-on parler de « vraie » identité alors que plusieurs identités sont attachées à une personne ou à un objet ? Faut-il faire  confiance à des intermédiaires peu connus pour la plupart  ou à ceux qui utilisent des techniques dont on peine à évaluer la fiabilité ?  Un « bon » fournisseur d'accès   doit stocker les  clefs dans des archives sécurisés, pouvoir les modifier, vérifier les identités, et signer les  demandes de certificats.

Ne devait-on pas noter, par ailleurs, que les failles constatées avaient  bien plus souvent une origine humaine que technique et que si  la technique offrait de multiples possibilités, elle était souvent sous-utilisée ?

 Identité et propriété intellectuelle

A l'image d'autres disciplines, le droit s'est emparé de la notion d'identité. Constituée de plusieurs éléments, posant la question de son attribution par l'Etat et divers acteurs privés, l'identité numérique est effectivement en « désordre », tout comme le comportement irrationnel des individus qui s'émeuvent des données personnelles qui figurent dans le fichier Edvige mais n'hésitent pas à dévoiler plusieurs éléments sensibles de leur personnalité dans Facebook.

Ce que la loi sanctionne surtout c'est l'usurpation d'identité et l'atteinte à l'intimité de la vie privée. Toutefois, analyser l'identité numérique à la lumière du Code de la propriété intellectuelle conduit naturellement aussi à présenter  l'articulation du droit des marques et des noms de domaine, objet d'enjeux économiques importants. Mais si l'on peut  faire de son nom patronymique une marque,  celui-ci doit-il s'effacer lorsqu'il entre en conflit avec une marque notoire ?  Pour être à l'abri, il conviendrait de faire de l'identifiant numérique un droit de la personnalité.

Traçage et protection. Des outils pour résoudre cette équation

Si l'identité a toujours été  une notion très complexe, cette réalité est plus criante aujourd'hui avec la marchandisation  du « moi ».  Après des rappels sur la notion  d'auteur et de web, lieu permanent  d'expérimentation et  innovations, instrumentalisé en outre par diverses entreprises,  l'intervenante rappelle aussi que  l'identité, objet d'une réglementation qui a évolué au cours du temps, pose le problème de sa conservation, souci encore plus prégnant dans l'environnement numérique, comme le soulignent les injonctions faites aux moteurs de recherche pour diminuer la période de sauvegarde des données personnelles recueillies.

Ses identités, sa réputation, ses actions, ses intentions, telles sont les traces laissées, volontairement ou involontairement par les internautes,  et c'est ce qu'ils maîtrisent généralement très mal alors qu'il existe des techniques à cet égard : l'anonymisation du code  IP, la désactivation des images, l'activation de la case qui interdit la collecte de ses  données ou encore la désactivation javascript sur les navigateurs. Mais, que faire face au packet sniffing, logiciel qui s'interpose entre les transactions pour capturer les données et les stocker, et des web services qui répertorient par login ou nom d'utilisateur les services auxquels l'internaute est abonné ?

La gestion de l'identité, des relations et de la réputation représentent des nouveaux marchés  pour de nouveaux services, comme OpenId qui permet à l'utilisateur de s'authentifier auprès de plusieurs sites  avec un seul identifiant,   ou ceux qui permettent de gérer ses réseaux  ou sa réputation.

Pour bénéficier des opportunités offertes par les réseaux, sans tomber dans les pièges liés à la création et la gestion d'une identité numérique, il convient d'être vigilant  et veiller notamment à ce que le fournisseur d'identité et du fournisseur de services soient indépendants, disposer d'identités moins nombreuses mais bien séparées, pouvoir donner son consentement pour certains usages et garder le contrôle sur ceux-ci, se contenter d'une divulgation minimale pour un usage défini,  savoir résister à ceux qui exigent de conserver les traces, voire  se former  pour savoir gérer ses identités.

Une carte  multiservices pour un étudiant nomade

C'est ce qui existe déjà à Paris et en Ile-de-France où les universités ont mutualisé et rendu interopérable leur espace numérique de travail sous un portail unique. Mais la carte va au-bien au-delà puisqu'elle permet d'accéder à tous les services (prêts, photocopies, ....) des bibliothèques du réseau. Ce passeport numérique est également un porte-monnaie numérique qui permet d'accéder à des équipements  sportifs, des parkings et, d'ici quelques mois, à divers  moyens de transport et à bien d'autres services.

A cette fin, un système de codification unique à douze chiffres a été  mis au point, une solution technique qui favorise la mobilité mais ne vise pas à se substituer aux politiques définies par chaque établissement. D'ici  la rentrée 2010, d'autres problèmes doivent être abordés, tels que l'évolution des SIGB, la question de la vie privée et la fiabilité technique du système. Un chantier passionnant !

Former les étudiants

Les documentalistes de l'Ecole de commerce de Lille ont pris le parti d'aider les étudiants à gérer leur identité numérique sur les réseaux.  A cet effet, elles leur proposent des boîtes à outils et des programmes de formation pour leur permettre de résoudre l'équation qui consiste à la fois à optimiser sa présence en ligne sans  se mettre en danger, notamment face à des recruteurs.  L'accent y est mis sur la responsabilité engagée par celui qui fait circuler l'information sur les réseaux, sur la manière de se rendre visible et les techniques  de surveillance qui s'imposent afin « d'être gagnant » sur tous les plans.

SIGB et RFID

Idrabib, acronyme qui signifie « Identification par radiofréquence en bibliothèque » révèle le souci qu'ont les bibliothécaires de garantir l'interopérabilité de leurs systèmes de gestion par RFID et la protection de leurs usagers.  Idrabib figure ainsi dans une recommandation sur l'usage des puces RFID pour les documents en bibliothèques publiée sous l'égide de plusieurs associations de professionnels en mai 2006.  Pouvant être appliquée à tout bien culturel et support d'information, elle représente la première étape d'une prochaine standardisation. Puisqu'une puce qui respecte les recommandations  Idrabib sera muette sans le SGIB de la bibliothèque à qui elle appartient, il convient aussi d'en informer les usagers par une affichette. Mais, puisque la réinformatisation des bibliothèques et des centres de documentation présente  un risque particulier, plusieurs associations mettent au point en ce moment, en concertation avec des fournisseurs de logiciels, une nouvelle charte.


Rédigé par Michèle BATTISTI

mise à jour le 10 février 2009


contact 

L'ADBS sur les réseaux sociaux

NOUS SUIVRE
    

PARTAGER CETTE PAGE

haut de la page

ADBS.fr - Site du premier réseau européen de documentalistes