Accès direct au contenu

English flag English

Recherche avancée

ADBS
L'association des professionnels de l'information
et de la documentation


Vous êtes ici : Accueil > Accéder à la doc professionnelle > Nous avons lu...

Du tag au Like / Olivier Le Deuff

publié le 27 mars 2013

Limoges : FYP Editions, 2012. – 159 p. – (Entreprendre). –
ISBN 978-2-916571-82-9 : 24,50 €


Analyse de Bruno RICHARDOT

bruno.richardot[at]univ-lille1.fr


LE TAG, PRATIQUE DOCUMENTAIRE 


Olivier Le Deuff s'est intéressé aux folksonomies dès leur apparition dans les pratiques collectives du web[1]. D'emblée, il les a placées sous le triple sceau du mémoriel (les fameux hypomnemata numériques), de l'individuel et du collectif. Reprenant de nombreux éléments de ces analyses plus anciennes, le présent ouvrage constitue une authentique phénoménologie du « taguage » et des pratiques folksonomiques en général, proposant du coup un pan important d'une phénoménologie du web à venir.

L'auteur décrit en effet patiemment ces pratiques de marquage du web, tout en les inscrivant à la fois dans l'histoire des pratiques et des techniques documentaires et sur le fond actuel des sciences de l'information et de la communication. L'hypothèse de l'auteur est que le taguage ressort de la pratique documentaire au sens le plus large qui soit (pratiques professionnelles, pratiques personnelles), quand bien même son usage mercantile est une réalité ancrée dans le modèle économique du web marchand. Et c'est précisément pour cette raison que l'auteur inscrit comme de force le taguage dans la pratique documentaire, avec les outils des sciences de l'information en perpétuelle construction, afin de donner au quidam quelques clés pour la maîtrise de ses propres pratiques « webesques ». En cela, l'ouvrage est militant : il conduit vers une citoyenneté assumée de « l'homme bien documenté ».

Les « aspects » des folksonomies que traite l'ouvrage sont nombreux : indexation et métadonnées, literacy et literacies, ontologie, médiation et intermédiarisation, identité numérique, document(arisation), réseaux sociaux, biens communs. Tels sont les tags les plus significatifs concernant ce livre sur les tags.

Pour finir, l'auteur nous offre le plaisir de croiser Guillaume d'Ockham (début XIVe ) en train de taguer consciencieusement ! Magique raccourci temporel... Quant à Paul Otlet (début XXe) - à qui l'auteur demande de conclure son ouvrage -, je parodierais bien ici l'un de ses contemporains britanniques, Alfred North Whitehead, qui disait de la tradition philosophique européenne qu'elle n'avait jamais qu'ajouté des notes au bas des pages du texte platonicien[2]. Depuis le Traité de la documentation, la communauté scientifique de l'information et de la documentation ne fait-elle autre chose que de parcourir, aménager et prolonger les rails tracés par le Mondanéen ? Les praticiens, eux, continuent de suivre une bonne part des préceptes énoncés en 1934...


[1] Olivier le Deuff. « Folksonomies : Les usagers indexent le web ». Bulletin des Bibliothèques de France, 2006, n° 4, p. 66-70 ; puis dans sa thèse soutenue en 2009, notamment les § 2.2.2.3 sur la « Tag literacy » et 3.3.3.2 sur les folksonomies comme « nouvel enjeu d'indexation ».

[2] « The safest general characterisation of the European philosophical tradition is that it consists of a series of foot notes to Plato. » in : Process and Reality: An Essay in Cosmology, 1929


Rédigé par ADBS

mise à jour le 27 mars 2013


L'ADBS sur les réseaux sociaux

NOUS SUIVRE
    

PARTAGER CETTE PAGE

haut de la page

ADBS.fr - Site du premier réseau européen de documentalistes