Accès direct au contenu

English flag English

Recherche avancée

ADBS
L'association des professionnels de l'information
et de la documentation


Vous êtes ici : Accueil > Accéder à la doc professionnelle > Nous avons lu...

Communiquer ! Les bibliothécaires, les décideurs et les journalistes / Accart, Jean-Philippe (dir.)

publié le 24 novembre 2011

Communiquer ! Les bibliothécaires, les décideurs et les journalistes / Accart, Jean-Philippe (dir.). - Villeurbanne : Presses de l’Enssib, 2010. – 176 p. - ISBN 978 2 910227 84 5 : 22 €

L'objectif de ce livre est de contribuer à « instaurer une culture de la communication dans les bibliothèques ». Cette culture de la communication, il faut la comprendre comme communication institutionnelle, non pas vers le grand public et les lecteurs mais à destination des décideurs et des médias. Le livre place la bibliothèque au milieu de la cité, avec une triangulation entre bibliothécaire, politicien et journaliste.

L'ouvrage contient quatre parties :

Communiquer pour exister (30 pages). Les deux premiers chapitres dressent le contexte : ils expliquent les fondamentaux de la communication institutionnelle (qui fait quoi ? quel message ? quels cibles ? quels moyens ?) et débattent de l'image des bibliothèques dans la presse régionale et des enjeux de la communication qui contribuent à légitimer leur existence. « Communiquer pour exister », il faut prendre ce titre, dans le contexte politique et économique actuel, au pied de la lettre.

Devenir visible aux yeux des décideurs (45 pages). Les six chapitres de la seconde partie abordent les stratégies de communication des bibliothèques municipales, départementales, universitaires et nationales. La communication doit s'adapter à chaque type de bibliothèque, en fonction de son contexte particulier, des moyens de communication dont elle dispose, de ses objectifs mais aussi en fonction des acteurs en place.

Par exemple, Sabrina Granger présente le profil d'un chargé de communication tandis que Marie-Noëlle Leroux parle de la démarche d'une recherche de financement dans le cadre universitaire. Comment se faire une place dans la cité ? C'est un autre chapitre rédigé par Ophélie Ramonatxo, elle-même conservatrice à la médiathèque de l'Institut Français à Londres. Cette partie rejoint la réflexion autour du rôle social des bibliothèques publiques.

Utiliser les outils et les réseaux (45 pages). La 3e partie décrit les outils, ressources et stratégies « hors contexte ». En six chapitres, le lecteur apprend l'essentiel sur les relations avec la presse écrite, avec la télévision et avec une agence de communication. Il découvrira également comment publier une lettre d'information, comment utiliser les réseaux sociaux et comment positionner la stratégie de la bibliothèque en cohérence avec la communication culturelle globale d'une municipalité. « Savoir communiquer avec la presse écrite, c'est d'abord savoir qui sont les journalistes, où et comment ils travaillent, et quels sont leurs besoins », c'est le credo de Serge Courier, journaliste et formateur indépendant, qui s'attelle à rendre le métier et la démarche du journaliste intelligible aux bibliothécaires. Gaël Revelin du SCD de l'université de Savoie explique en quelques mots comment articuler l'activité sur le Web2.0 suivant une approche traditionnelle de la communication. En fait, le problème n'est pas de définir une stratégie ou d'établir une présence et une visibilité sur les réseaux sociaux mais, plutôt, l'insertion de cette activité dans un cadre institutionnel.

Convaincre aux plans associatif et international (20 pages). La dernière partie laisse la place à trois militants associatifs qui expliquent comment communiquer pour faire du lobbying : Dominique Lahary pour l'interassociation des bibliothécaires et documentalistes IABD (national), Joanne Yeomans pour Eblida (européen), et Daisy McAdam pour l'Ifla (international). Être clair dans les objectifs, souple dans la tactique, coaliser, établir des alliances et construire une visibilité, gérer le temps (Dominique Lahary) - le lecteur trouvera ici des conseils utiles qui reflètent des années de militantisme sur le terrain.

Quatre encadrés expliquent comment travailler avec une fondation privée, rédiger un communiqué de presse, organiser une conférence de presse et instaurer le dialogue entre décideurs politiques et bibliothécaires. Ce dernier point - le lobbying en faveur des bibliothèques - est traité par Claudia Lux, ancienne présidente de l'Ifla et directrice de la bibliothèque centrale de Berlin. Sa conviction : « Pour agir en faveur des bibliothèques, il faut présenter des arguments convaincants », mettre en avant non pas les activités traditionnelles mais leur rôle politique, en particulier leur contribution à la formation et à la société de l'information.

Un mémento résumant l'essentiel des chapitres sous forme d'une check-list, un glossaire et une courte bibliographie terminent le livre. En fait, un lecteur pressé lira d'abord les quatre pages du mémento pour trouver ensuite dans la richesse des chapitres ce dont il a besoin.

Jean-Philippe Accart a réuni vingt auteurs de différents horizons, métiers et pays. L'enseignant-chercheur côtoie le bibliothécaire, le journaliste et le chargé de communication. Les conseils et modèles s'appuient sur l'expérience et le terrain en France, Suisse, Allemagne, Grande-Bretagne et aux Pays-Bas.

Le résultat est un ensemble parfois surprenant d'études de cas, d'analyses de contexte, de modes d'emploi et retours d'expérience. Dans une boite à outils, on n'attend pas nécessairement que tout soit bien rangé, de la même couleur ou taille. L'essentiel est qu'on y trouve ce dont on a besoin. Dans ce sens, cet ouvrage porte bien son nom et le lecteur - un bibliothécaire ou documentaliste dans une bibliothèque publique, universitaire ou de recherche - l'utilisera avec satisfaction et profit.

Joachim Schöpfel
joachim.schopfel@univ-lille3.fr


Rédigé par ADBS

mise à jour le 25 novembre 2011


L'ADBS sur les réseaux sociaux

NOUS SUIVRE
    

PARTAGER CETTE PAGE

haut de la page

ADBS.fr - Site du premier réseau européen de documentalistes