Accès direct au contenu

English flag English

Recherche avancée

ADBS
L'association des professionnels de l'information
et de la documentation


Vous êtes ici : Accueil > Accéder à la doc professionnelle > Nous avons lu...

Bibliothèques 2.0 à l’heure des médias sociaux / sous la dir. de Muriel Amar et Véronique Mesguich

publié le 26 mars 2013

Paris : Éditions du Cercle de la librairie, 2012. – 217 p. – (Bibliothèques, ISSN 0184-0886). – ISBN 978-2-7654-1340-0 : 36 €


Analyse de Marie-France BLANQUET

mfblanquet[at]laposte.net

ORGANISER L'INFORMATION NUMERIQUE

Vingt quatre auteurs entrent dans les bibliothèques 2.0 à l'heure des médias sociaux pour faire part de leurs réflexions sur ces institutions et leurs missions nouvelles. Ils partagent le même objectif, explicité par V. Mesguich : « web 2.0 » : sept ans de réflexion(s), qui ouvre le débat et permet au lecteur de comprendre que cet ouvrage est une deuxième édition, information nullement mentionnée sur les pages de titre ou de couverture. « Il ne s'agit plus de s'interroger sur ce qu'est le web 2.0, ni d'inviter les bibliothèques à "entrer dans le flux ". L'objectif commun des différentes contributions de cet ouvrage consiste plutôt à décrire comment les usages collaboratifs et sociaux transforment nos façons de produire, décrire, enrichir, diffuser et conserver l'information quel qu'en soit le contenu ou le support ».

Et pour démontrer ces transformations, les auteurs organisent leurs apports autour de trois principaux axes. Il s'agit d'abord, d'établir la nouvelle physionomie d'internet par un état des lieux permettant de mettre à jour une reconfiguration des pratiques et un repositionnement des acteurs. J. Denouël et F. Granjon analysent les transformations des sociabilités avec le web contributif, notamment dans l'espace public et décrivent la signification sociale des nouvelles pratiques en ligne. R. Mattis pose en parallèle Wikipédia (dix ans en 2011) et les bibliothèques en notant une similarité entre leurs objectifs, méthodes et outils respectifs de diffusion de l'information auprès d'un vaste public. C. Deschamps analyse la stratégie « réseau social » de Google confronté à la réussite de Facebook. D. Cardon le suit en commentant le conflit entre deux ordres du web : PageRank et EdgeRank. Le droit a également fortement évolué. Il revient à M. Battisti de clôturer cet état des lieux en posant l'interogation : « Quel droit pour le web 2.0 ? ».

La deuxième partie de cette étude : « Bibliothèques 2.0 : regards croisés bibliothécaires et usagers », propose des exemples très diversifiés et riches de réalisations « 2.0 ». C. Touitou présente une synthèse des principales études américaines pour dire les attentes parfois contradictoires des usagers de ces bibliothèques. M. Perez Morillo et J. Pavia Fernandez expliquent comment l'utilisation de Facebook par la Bibliothèque nationale d'Espagne. L. Maurel révèle « Ce que Twitter fait aux bibliothèques (et ce qu'elles peuvent lui faire en retour...) ». P. Hernebring témoigne de l'expérience de l'utilisation de Flirck par la bibliothèque municipale de Toulouse. E. Broudoux rappelle l'importance de l'indexation collaborative, un des enjeux majeur du web de demain, quand C. Fleury entraîne le lecteur dans un tour d'horizon des catalogues nouvelle génération.

La troisième partie : « Nouveaux territoires et convergences professionnelles », explore les voies nouvelles ouvertes par toutes les possibilités liées au web 2.0. Ces voies sont d'abord celles de l'enseignement. Cela entraîne S. Pène à dresser le portrait du « Professeur à l'ère des Big Data ». M. Lamouroux et N. Rayssac s'intéressent, quant à elles, aux pratiques des médias sociaux dans l'enseignement secondaire et s'interrogent sur le concept d'identité numérique et ses enjeux. O. Ertzscheid s'interroge sur le renouveau de la recherche et/ou de l'échange scientifique. Enfin, la révolution numérique a un impact important sur la culture au sens large du terme. L espace urbain est concerné. F. Eychenne et M. Albarede expliquent comment le web peut être un facteur de lien social. Pour sa part, P. Motrez ouvre le chapitre des archives participatives s'appropriant les usages du web social pour la mise en valeur de leurs collections.

J.P Accart clôture ce document en posant « Une nouvelle scène sociale pour les bibliothèques ». Dans ce monde où chacun est hyper connecté et dispose d'une extrême variété d'outils d'échanges et de partage souvent en concurrence, l'avenir des bibliothèques et des professionnels de l'information passe par le développement de leur présence dans l'univers numérique où se trouvent désormais leurs usagers. Cet avenir s'ancre sur l'organisation de l'information numérique et la médiation.

Les professionnels de l'information actifs ou en formation doivent lire cet ouvrage aux contributions extrêmement diversifiées et riches en information. Témoignages, réflexions, références à de nombreuses études et documents, contribuent à lui conférer une grande force intellectuelle. Les écrits sont clairs, les textes peuvent être lus de façon indépendante selon les centres d'intérêt. Par optimisme et par volonté, ce livre convaincra les professionnels qu'ils doivent faire les choix qui les rapprochent le plus des usages quotidiens des utilisateurs et des non-utilisateurs de bibliothèques.

Il est toutefois réellement dommage de laisser le lecteur découvrir par lui-même que la première édition, paru en 2009 avait pour titre Le Web 2.0 en bibliothèques : quels services ? quels usages ? Ce document propose d'autres chapitres écrits par d'autres auteurs. Peut-on dés lors parler de nouvelle édition ? Le terme de « suite » ou «volumeé n'eut-il pas été plus approprié pour dire la continuité dans les objectifs et les réflexions qui rapprochent les deux ouvrages ? Des monographies aux titres, chapitres et auteurs différents, parues chez le même éditeur et avec les mêmes directeurs ont-elles une même identité ou des identités différentes ? Cet ouvrage coordonné par M. Amar et V. Mesguich pose ce cas d'école.



Rédigé par ADBS

mise à jour le 27 mars 2013


L'ADBS sur les réseaux sociaux

NOUS SUIVRE
    

PARTAGER CETTE PAGE

haut de la page

ADBS.fr - Site du premier réseau européen de documentalistes