Accès direct au contenu

English flag English

Recherche avancée

ADBS
L'association des professionnels de l'information
et de la documentation


Vous êtes ici : Accueil > Accéder à la doc professionnelle > Nous avons lu...

Bibliothèque numérique et recherche d’information

publié le 14 février 2011

Abderrazak Mkadmi et Imad Saleh. – Paris : Hermès Science Publications : Lavoisier, 2008. – 281 p. – (Information, hypermédias et communication, ISSN 1945-0337). – ISBN 978-2-7462-1820-8 : 59 €

La collection Hermès Science Publications poursuit son exploration des dernières avancées technologiques du Web avec ce numéro intitulé « Bibliothèque numérique et la recherche d'information », dirigé par deux enseignants-chercheurs en sciences de l'information, Abderrazak Mkadmi et Imad Saleh. Très dense, ce numéro est divisé en six chapitres avec un premier chapitre consacré aux systèmes de recherche d'information (SRI) : il présente ce qu'est un système de recherche d'information et ce qu'est l'information. A quoi s'ajoute l'opération d'indexation, également décrite. Mais c'est la recherche d'information qui est mise en vedette ici, avec les différents modèles théoriques basés sur la logique booléenne, la probabilité, les vecteurs. Les utilisateurs ne sont pas oubliés et sont modélisés à leur tour.

Le chapitre deux est consacré aux documents numériques et se fonde sur les travaux d'Hervé Le Crosnier. Comment un document numérique se présente-t-il ? Sont détaillés : l'architecture ; les langages de balisage de documents  (SGML ; DTD ; TEI ; EAD...) ; les langages de balisage multimédia (XML ; XPath ; XLink ; XQuery ; RDF...) ; les langages de balisage des documents en mode image (Postscript ; PDF) ; enfin, un paragraphe sur le livre numérique et quelques définitions complètent cette présentation. Le traitement du document numérique mérite toute notre attention : d'un point de vue technique, avec la reconnaissance optique de caractères ; du point de vue du catalogueur avec la norme ISBD et le format Marc et la zone 856. Les auteurs abordent en parallèle les formats Internet (HTML, TEI, MCF, Dublin Core, SGML, XML) et les formats bibliographiques. Comment consulter les documents numérisés ? Comment les indexer ? Les rechercher ? sont autant de points abordés en fin de chapitre.

Le chapitre 3 « La bibliothèque numérique » montre la difficulté actuelle d'en donner une définition, et distinguer entre bibliothèque numérique, électronique et virtuelle. Ces notions se rejoignent cependant autour du concept de « virturéalité ». Quels sont les fondements de la bibliothèque numérique ? Les auteurs en voient trois : l'informatisation des bibliothèques, l'accès aux télécommunications et les outils de recherche d'information. Une part importante de ce chapitre est consacrée aux « usages et usagers des bibliothèques numériques » (§ 3.7) : prenant comme base les besoins des usagers, sont abordés et développés ensuite l'usage du web, les archives ouvertes (protocoles, organisation, interopérabilité, le système Creative Commons). De nombreux projets de numérisation (dont Google Books bien sûr, mais pas seulement : Europeana ; la BnF ; « Mémoires du monde » de l'UNESCO...) sont en cours.

Le chapitre 4 « Bibliothèque numérique et travail collaboratif » prolonge la réflexion en insistant sur le fait qu'une bibliothèque numérique n'a d'intérêt que si des services et une médiation sont associés. Les outils actuels permettent un réel travail collaboratif : groupware, workflow, TCAO (travail collaboratif assisté par ordinateur). D'autres angles sont pris, telles la collaboration dans les bibliothèques physiques et numériques (bibliographies, liens, annotations...) ou la recherche d'information associée. Différents systèmes en découlent : rédaction, écriture, dessin, musique, apprentissage collaboratifs. Les auteurs illustrent leur propos au travers de projets en cours : ARIADNE, BAMBI, DEBORA.

Sous le thème « Bibliothèque numérique et web sémantique », le chapitre 5 aborde la notion de Web 2.0 et ce qu'elle apporte aux bibliothèques numériques (partager l'information, commenter, critiquer, personnaliser le contenu...), puis développe celle de Web sémantique. Donner du sens à l'information, permettre aux machines (en l'occurrence les moteurs de recherche) de « raisonner » en s'appuyant sur les ontologies, effectuer des recherches sur le contenu, arriver à plus de pertinence dans les résultats obtenus...

Le chapitre 6 « Les Bibliothèques numériques et les logiciels libres » remonte aux premiers temps du concept de logiciel libre pour les bibliothèques, notamment avec le logiciel ISIS de l'Unesco qui existe toujours sous le nom de CDS/ISIS. D'autres exemples de logiciels libres de bibliothèque sont fournis avec Koha, PMB et Greenstone.  En conclusion à leur ouvrage, les auteurs dresse un tableau comparatif bibliothèque traditionnelle versus bibliothèque numérique, en soulignant les évolutions récentes dont le Web 2.0 n'est pas la moindre.

Cet ouvrage est une excellente synthèse du monde numérique rapporté aux bibliothèques et aux professionnels de l'information. On peut lui reprocher d'aborder principalement les aspects techniques - les normes, les formats, les logiciels...-  pour laisser de côté d'autres aspects de ce monde numérique qu'ils considèrent encore à l'état « d'adolescent ». Mais ce serait l'objet d'un (ou de plusieurs) autre(s) ouvrage(s) et il est vrai aussi que nos métiers sont en grande partie techniques. Bien que le titre comporte « la recherche d'informations », celle-ci est vue de manière très éclatée surtout dans les derniers chapitres, le sujet principal est vraiment « la bibliothèque numérique ». Il y a quelques manques, tels les moteurs de recherche qui sont assez peu traités, ou l'aspect services, avec les services de référence virtuels, inexistants dans l'ouvrage. Les auteurs ont volontairement pris l'angle « bibliothèque » plutôt que « documentation », ce qui se retrouve dans la bibliographie (ou figure par exemple « seulement » le « Métier de bibliothécaire »). Mais en matière de numérique, il y a des choix à faire car le sujet est vaste, et en cela, les auteurs les ont faits de manière claire.

Jean-Philippe Accart
Jean-Philippe.Accart@unige.ch


Rédigé par ADBS

mise à jour le 28 novembre 2011


L'ADBS sur les réseaux sociaux

NOUS SUIVRE
    

PARTAGER CETTE PAGE

haut de la page

ADBS.fr - Site du premier réseau européen de documentalistes