Accès direct au contenu

English flag English

Recherche avancée

ADBS
L'association des professionnels de l'information
et de la documentation


Vous êtes ici : Accueil > Accéder à la doc professionnelle > Nous avons lu...

Rhétorique du texte numérique : figures de la lecture, anticipations de pratiques / Alexandra Saemmer

publié le 28 juin 2016

Villeurbanne : Presses de l’Enssib, 2015. – 288 p. – (Papiers). – ISBN 979-10-91281-45-4 : 38 €

Analyse de Matteo TRELEANI
matteo.treleani@univ-lille3.fr


 



La lecture au prisme du texte numérique

Alexandra Saemmer se propose, avec cet ouvrage, de dépasser les oppositions entre les excès du techno-enthousiasme et les alarmismes dénonçant la disparition de la lecture profonde sur supports numériques. Une rhétorique du texte se révèle alors utile. Sa proposition théorique, nourrie d'un ample corpus analytique, voit d'un côté un « potentiel d'action du texte », soit des manières d'anticiper les pratiques de lecture par l'objet. De l'autre, des horizons d'attente individuels mais socialement partagés par les lecteurs. Une sorte de chiasme où le potentiel du texte préfigure la lecture et des pratiques de lecture cadrent le sens d'un texte. Dans cette opposition, le texte semble donc une entité négociée par deux intentions qui lui sont extérieures, la lecture concrétisant ainsi cette rencontre. La rhétorique proposée par l'auteure mêle donc une sémio-pragmatique visant à étudier des procédés entendus comme potentiels d'anticipation et une rhétorique de la réception qui recourt également à l'étude empirique des pratiques de lecture.

Même si les références les plus exploitées par l'auteure sont Wolfgang Iser[1] et Hans Robert Jauss[2], cette conception de la lecture n'est pas sans rappeler la théorie du « lecteur modèle » d'Umberto Eco[3]. Sauf que ce dernier ne s'appuyait pas sur des études empiriques de la réception, élément qui confère à l'ouvrage d'Alexandra Saemmer la qualité de dépasser le textualisme par une approche située dans les pratiques et les usages, alliant ainsi aisément les partisans d'une vision des dispositifs comme moyens de manipulation avec ceux des lecteurs braconniers.

On n'oublie cependant pas la « matérialité du dispositif », c'est-à-dire la manière dont une interface met en forme le texte et préfigure des lectures qui n'étaient pas forcément prévues par les intentions de l'auteur. Certes, le rôle de médiation de l'interface aurait pu avoir une place capitale dans la théorie de Saemmer. Dans ce qu'on appelle « éditorialisation »[4] se joue, d'ailleurs, toute la question de l'instrumentation et, par conséquent, de l'industrialisation des pratiques (une politique de la trivialité[5] donc, question prise en compte par Saemmer, d'ailleurs). Mais cela aurait rendu la théorie moins équilibrée, entre manipulation et liberté interprétative ou créative.

Ce qui marque le plus à la lecture est en effet l'élégance du dispositif théorique de l'ouvrage, élégance qui se joue également dans sa finalité prescriptive : l'intention de ne pas concevoir une théorie comme une fin en soi, mais plutôt des typologies de lecture, utiles afin de se défaire de certaines manipulations des dispositifs, ou afin de créer des textes en profitant des éléments rhétoriques que le numérique nous met à disposition. À partir d'un corpus de textes journalistiques, fictionnels et publicitaires, Saemmer énumère une série de « formes-modèle » et de figures de la lecture, où un rôle déterminant est joué par l'hyperlien et l'animation. La qualité du travail analytique sur l'hyperlien, d'ailleurs, mérite à lui seul, la lecture de l'ouvrage.

 

 

 

 

 

1 Wolfgang Iser. L'acte de lecture. Théorie de l'effet esthétique. Mardaga, 1995
2
Hans Robert Jauss. Pour une esthétique de la réception. Gallimard, 2010
3
Umberto Eco. Lector in fabula. Le livre de poche, 1985
4
Michael Sinatra, Marcello Vitali Rosati. Pratiques de l'édition numérique. Presses de l'Université de Montréal, coll. Parcours numériques, 2014
5
Yves Jeanneret. Critique de la trivialité. Éditions Non Standard, 2014

 


Rédigé par ADBS

mise à jour le 28 juin 2016


L'ADBS sur les réseaux sociaux

NOUS SUIVRE
    

PARTAGER CETTE PAGE

haut de la page

ADBS.fr - Site du premier réseau européen de documentalistes