Accès direct au contenu

English flag English

Recherche avancée

ADBS
L'association des professionnels de l'information
et de la documentation


Vous êtes ici : Accueil > Accéder à la doc professionnelle > Nous avons lu...

Médiatiser la science en bibliothèque / Justine Ancelin (dir.)

publié le 28 juin 2016

Villeurbanne : Presses de l’Enssib, 2016. – 184 p. – (Boîte à outils, ISSN 1259-4857 ; 35). – ISBN 979-10-91281-62-1 : 22 € ; ISBN numé-rique 979-10-91281-63-8 : 13,20 €

Analyse de Joachim SCHÖPFEL
joachim.schopfel@univ-lille3.fr


 


 

Le défi de la science ouverte

 

Le dernier livre de la collection « Boite à Outils » des Presses de l'enssib tombe à point nommé. Lors de son dernier conseil de la compétitivité en mai1, l'Union européenne a mis la science ouverte au premier rang de ses priorités. Les uns retiendront que tous les résultats de la recherche doivent être librement accessibles en 2020. Les autres mettront l'accent sur l'appel au partenariat entre universités, organismes de recherche, agences et éditeurs pour y parvenir. L'essentiel est ailleurs : les gouvernements européens n'ont pas seulement admis la nécessité de faire disparaître les obstacles auxquels se heurtent les universités et organismes scientifiques, mais ils ont pris aussi l'engagement de garantir que la société tire le meilleur parti possible de toutes les connaissances scientifiques pour maximiser la contribution des chercheurs, des universités et des institutions du savoir.

Comment accélérer la communication scientifique ? Comment rendre la recherche et l'innovation plus efficaces et aussi, plus efficientes ? Comment faire face aux challenges de la santé publique et de l'environnement ? Comment, dans un cas comme Ebola ou Zika, optimiser le partenariat entre recherche et industrie pour développer des traitements ? Comment mobiliser la société face aux défis du changement climatique ? Du coup, la science s'ouvre à la société, devient l'affaire de toutes et de tous, entreprises, services, associations, citoyens. Y compris des bibliothèques.

On peut lire ce livre de plusieurs façons. D'abord comme une contribution au développement et à l'innovation des services bibliothécaires. C'est le programme affiché : « Comment développer la médiation des sciences et de la culture scientifique dans les bibliothèques ? Comment travailler avec les acteurs traditionnels du domaine ? Quelles compétences acquérir, quelles collections utiliser, quels outils développer pour proposer des actions innovantes et des services adaptés à différents publics ? » Les études de cas vont nourrir les réflexions sur l'avenir des services et le lecteur (professionnel ou étudiant), en suivant le fil rouge du livre, découvrira des retours d'expériences et des pistes pour imaginer et projeter ses propres perspectives, en particulier à partir de la valorisation des fonds et collections scientifiques. Pour la bibliothèque publique, c'est une nouvelle pierre à la construction d'une bibliothèque nouvelle dans une société qui a plus que jamais besoin de l'innovation et des solutions issues de la recherche.

Une autre manière de lire le livre est de constater le rapprochement entre bibliothèques publiques, universitaires et scientifiques. Pour médiatiser la science, les différents types de bibliothèques doivent travailler ensemble et apprendre des autres. Inventer la science ouverte dépasse la mission de chacune des structures traditionnelles. Pour les bibliothèques universitaires, cela signifie s'ouvrir à la société civile, aux citoyens, aux forces vives, aux associations ; par exemple, dans le cadre des nouveaux learning centres. Pour les bibliothèques publiques, l'enjeu dépasse largement la mission de la lecture publique, voire même le livre. La science ouverte, c'est le cloud, ce sont les NTIC, ce sont d'autres contenus, différents de ceux traditionnellement médiatisés par les bibliothèques publiques. Un exemple : l'initiative anglaise « Access to Research » qui, depuis 2014, donne accès à 9 000 revues et 15 millions d'articles aux lecteurs des bibliothèques publiques2.

La troisième façon de lire le livre a été évoquée au début : c'est de le lire suivant la perspective de la politique pour la science ouverte avec en tête l'accès libre aux publications, les données de la recherche, la science citoyenne, la science participative, l'innovation, etc. D'ailleurs, les auteurs ne s'y trompent pas et si le concept de la science ouverte n'est pas thématisé et placé au cœur de l'ouvrage, c'est un peu comme M. Jourdain qui fait de la prose sans le savoir... Le projet européen Foster3 définit la science ouverte ainsi : « Open science is the movement to make scientific research, data and dissemination accessible to all levels of an inquiring society » - le mouvement de rendre la recherche scientifique, les données de la recherche et la diffusion des résultats accessibles à tous les niveaux d'une société chercheuse. Si le Conseil européen a adopté la feuille de route globale, ce livre fournit un vadémécum pour les bibliothèques.

La durée de la lecture varie d'un trajet de quelques stations de métro (mode d'emploi, mémento) à une ou deux heures de lecture linéaire ; mais le livre n'est pas destiné à une lecture linéaire. Comme toutes les boîtes à outils, on s'en servira en fonction des besoins et situations (collections, événements, missions, formation, services, etc.). On peut regretter l'absence d'un index, mais le sommaire est suffisamment détaillé pour trouver rapidement ce qu'on cherche.

Cet ouvrage est une invitation. Justine Ancelin, responsable des services aux chercheurs du SCD de Paris Ouest Nanterre La Défense et coordinatrice du livre, termine son introduction ainsi : « Si, avant même de provoquer des réalisations abouties, nous parvenons par cet ouvrage à susciter des envies et à rassurer les bibliothécaires quant aux outils à leur disposition et leurs capacités à médiatiser la science, je considérerai que nous avons accompli notre tâche ». L'enjeu est de taille. Et, personnellement, je pense que les bibliothèques n'ont tout simplement pas le choix. La question est plutôt si elles seront à la hauteur de la science ouverte, ou si la science ouverte se fera sans elles.


1 www.consilium.europa.eu/fr/meetings/compet/2016/05/26-27
2
www.accesstoresearch.org.uk
3
https://www.fosteropenscience.eu


Rédigé par ADBS

mise à jour le 28 juin 2016


L'ADBS sur les réseaux sociaux

NOUS SUIVRE
    

PARTAGER CETTE PAGE

haut de la page

ADBS.fr - Site du premier réseau européen de documentalistes