Accès direct au contenu

English flag English

Recherche avancée

ADBS
L'association des professionnels de l'information
et de la documentation


Vous êtes ici : Accueil > Accéder à la doc professionnelle > Nous avons lu...

Le Tournant numérique… Et après ? Dossier / Dana Diminescu et Michel Wieviorka (dir.)

publié le 26 septembre 2016

Charenton-le-Pont (94227) : Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2015. – 173 p. - ISBN 978-2-7351-1763-5 : 22 € Numéro de Socio, ISSN 2266-3134, 2015, n° 04

Analyse de Béatrice ARRUABARRENA

arruabea@gmail.com





Le devenir des sciences sociales face aux mutations du numérique

Ce quatrième numéro de la revue Socio s'intéresse au devenir des sciences sociales dans un contexte où les mutations liées au numérique soulèvent de plus en plus de questions. Force est de constater que le numérique et le Big data interrogent le fonctionnement traditionnel des sciences sociales : ses objets, ses méthodes, ses catégories et ses paradigmes. Les enjeux sont importants. La diversité des réflexions, critiques et réflexives, présentées dans ce numéro en témoigne. Le numérique est au cœur de mutations culturelles et anthropologiques, dont les sciences sociales doivent désormais se saisir, pour faire face aux nouveaux acteurs dominants, qu'ils soient politiques, économiques, ou technologiques.

Le défi numérique pour les sciences sociales est de penser la recherche et le numérique « comme partie intégrante d'une nouvelle culture scientifique », comme l'affirment Dana Diminescu et Michel Wieviorka. Selon Dominique Boulier, une troisième génération de sciences sociale fondées sur un travail de conventions entre disciplines pourrait fournir un cadre conceptuel nouveau, en particulier face à la force de frappe des GAFA [1] qui, en quelques années, ont su imposer, via le Big data, un modèle de traitement du social par les traces. Cette « gouvernementalité algorithmique », comme la nomment Antoinette Rouvroy et Bernard Stiegler dans un débat sur les Régimes de vérité, en changeant les modes de catégorisation, nous menace d'une crise de la représentativité.

On retrouve ces préoccupations dans les humanités numériques. Alexandre Gefen insiste sur la nécessité de comprendre les enjeux épistémologiques des humanités numériques afin de saisir les implications de l'analyse quantitative dans le travail scientifique. La géographie est un bon exemple de discipline qui a subi les conséquences épistémologiques dues à une transformation numérique profonde (cartographie, SIG) réduisant la distinction entre la carte et le territoire comme l'indique Henri Desbois. Pour l'histoire et les archives du Web, le scénario est différent. Le numérique n'a pas changé le métier d'historien, rompu depuis longtemps aux méthodes d'archivage. Cependant, si les humanités numériques constituent une nouvelle littéracie comme le suggèrent Valérie Schafer et Benjamin Thierry dans leur article, elles requièrent la conception de nouveaux parcours de formation et d'adaptation méthodologique.

Dans un tout autre registre, ce sont les interactions publiques à l'épreuve des technologies de participation à distance qui sont analysées par Christian Licoppe et Laurence Dumoulin. Si, en premier lieu, l'introduction de dispositifs de visioconférence dans les audiences judicaires pour des comparutions à distance de détenus dénature le sens originel de la coprésence en audition, elle participe aussi à « une forme de réaffirmation de l'utilité de l'interaction humaine ».

Les sciences sociales ne pourront donc pas faire l'économie d'interroger les utopies politiques de ces nouvelles pratiques de recherche qui affectent profondément l'organisation de la recherche, comme le relate l'article de Pierre Mounier, et les relations de pouvoirs sous-jacentes aux choix techniques, tel que le soutiennent Françoise Thibault et Clément Mabi.

Pour conclure, la revue propose un ensemble de varias, dont un entretien avec Ulrich Beck et un texte d'Hanna Arendt, invitant le lecteur à élargir le débat et à prendre de la hauteur sur les rapports de pouvoir et de savoir en sciences sociales.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1 Google, Apple, Facebook, Amazon


Rédigé par ADBS

mise à jour le 26 septembre 2016


L'ADBS sur les réseaux sociaux

NOUS SUIVRE
    

PARTAGER CETTE PAGE

haut de la page

ADBS.fr - Site du premier réseau européen de documentalistes