Accès direct au contenu

English flag English

Recherche avancée

ADBS
L'association des professionnels de l'information
et de la documentation


Vous êtes ici : Accueil > Accéder à la doc professionnelle > Nous avons lu...

Introduction aux humanités numériques : méthodes et pratiques. Sciences humaines et sociales / Max De Wilde, Florence Gillet, Simon Hengchen, Seth van Hooland ; préface de Michael Sinatra

publié le 23 décembre 2016

Paris : De Boeck supérieur, 2016. - 208 p. - ISBN 978-2-8073-0215-0 : 24,50 €

Analyse de Joachim SCHÖPFEL
joachim.schopfel@univ-lille3.fr





Une introduction méthodologique et pratique à l'utilisation des technologies de l'information en SHS

L'utilisation de l'informatique en sciences humaines et sociales ne date pas d'hier. Mais il faudra attendre 2010 et le « Manifeste des Digital Humanities »[1] pour que les humanités numériques se constituent dans l'espace francophone comme une « transdiscipline, porteuse des méthodes, des dispositifs et des perspectives heuristiques liés au numérique dans le domaine des sciences humaines et sociales ». Concrètement, il s'agit d'une « intégration intense [...] des technologies numériques dans tous les processus de recherche, depuis la collecte de données jusqu'à la publication [...], d'un travail [...] habituel et courant avec les technologies numériques ». Depuis ce texte fondateur de 2010, non seulement les projets de recherche et événements foisonnent, mais plusieurs universités, comme celles de Paris 8, Montpellier, Lyon, Nanterre, Lorient ou Bordeaux, ont mis en place des masters « Humanités numériques » et d'autres, comme Aix-Marseille, y réfléchissent. Voici un livre qui a tout pour devenir le manuel de ces formations.

Le Manifeste évoquait comme méthodes clés des humanités numériques la constitution de corpus de sources numérisées ou nativement numériques, les calculs statistiques, la construction de bases de données documentaires, la diffusion en ligne des corpus, les publications en ligne, les pratiques d'écriture collaborative ou encore l'open peer review. L'ouvrage Introduction aux humanités numériques donne les clés pour saisir les enjeux et s'approprier ces méthodes, en mettant l'accent sur les technologies du Web.

Le livre s'appuie sur une solide expérience pédagogique et est construit « autour des besoins directs d'un étudiant » (p. 11) qui apprendra comment trouver de l'information, modéliser des données, numériser des sources, analyser du contenu et valoriser les résultats. Parmi les outils utilisés, on trouve Google Scholar et Google Analytics, MySQL, Exchanger XML Editor et DBpedia, Omeka, OpenRefine, Zotero et BibTex.

Voici une liste non exhaustive des sujets abordés : définition d'une question de recherche et utilisation des moteurs de recherche, compréhension du fonctionnement d'Internet et du Web, principes des modèles conceptuels de données (dont XML et RDF), impact du partage des données, différentes étapes d'un projet de numérisation, capacité de créer des métadonnées, enjeux du traitement automatique des langues et distant reading, quelques outils simples de fouille de textes, création d'un corpus web et quelques techniques de base de visualisation de l'information puis, pour terminer, rédaction d'un texte à l'aide de LaTex, cloud computing et publication des travaux de recherche en ligne. Tout cela est écrit dans un style direct, didactique, concret.

Et l'intérêt du livre ne s'arrête pas à la lecture. Les auteurs ont mis en place un site dédié en ligne, avec des exercices et textes, outils et projets pour aller plus loin, un site qui se propose comme plateforme d'échange de pratiques et de retours d'expériences[2]. À titre d'exemple, la page « numérisée » contient entre autres des liens vers un cahier des charges, un workflow et un planning Gantt, incite à l'élaboration d'une bibliothèque numérique avec Omeka et suggère la création d'un mini-thésaurus sur le cinéma muet, avec la possibilité d'obtenir un corrigé des réponses, via le compte Twitter du master en Sciences et technologies de l'information et de la communication, Université libre de Bruxelles[3]. Une bibliographie et un index complètent le livre.

Il faut prendre le titre du livre à la lettre. Il s'agit d'une introduction aux méthodes, pas d'un ouvrage conceptuel. La question de départ est : de quel bagage informatique a-t-on besoin aujourd'hui pour conduire un projet de recherche en SHS ? On est loin, très loin de la plupart des autres livres sur les humanités numériques, plus théoriques, parfois plus « promotionnels » aussi. Ici, les auteurs partent du principe que les humanités numériques sont une réalité, avec des approches, des outils et méthodologies qu'il convient d'apprendre. Néanmoins, sans être une « apologie de l'informatique » (p. 191), le livre ne décrit pas seulement les possibilités et fonctionnalités de ces outils, mais aussi leurs limites et leurs risques.

Publié dans la collection « Méthodes en sciences humaines » chez De Boeck Supérieur, avec une préface de Michael Sinatra de l'Université de Montréal, le livre s'adresse aux étudiants en licence et master, pas seulement dans les filières des humanités numériques, mais plus généralement dans l'ensemble des formations en SHS, partout où l'on apprend les outils et méthodes informatiques. On lui souhaite beaucoup de lecteurs attentifs, y compris parmi les doctorants et enseignants pour lesquels ce livre offre une introduction méthodologique et pratique à l'utilisation des technologies de l'information en SHS (p. 10).

Personnellement, je l'utilise déjà dans l'enseignement de la numérisation, en master, avec de bons résultats.

Un mot sur les auteurs de cette œuvre collective : tous les quatre travaillent à l'Université libre de Bruxelles. Seth van Holland est titulaire de la chaire en information numérique et responsable du master STIC, Florence Gillet, historienne, est responsable d'archives et assistante du cours de technologie de l'information, Simon Hengchen prépare une thèse dans le domaine du traitement automatique du langage naturel et Max de Wilde travaille comme consultant à la Commission européenne et enseigne l'ingénierie linguistique.




1 Pierre Mounier. « Manifeste des Digital Humanities ». Journal des anthropologues, 2010, n°122-123, p. 447-452, http://jda.revues.org/3652

2 Méthodes et pratiques numériques en sciences humaines et sociales, http://methodesnumeriques.or

3 @MaSTICulb



Rédigé par ADBS

mise à jour le 23 décembre 2016


L'ADBS sur les réseaux sociaux

NOUS SUIVRE
    

PARTAGER CETTE PAGE

haut de la page

ADBS.fr - Site du premier réseau européen de documentalistes