Accès direct au contenu

English flag English

Recherche avancée

ADBS
L'association des professionnels de l'information
et de la documentation


Vous êtes ici : Accueil > Accéder à la doc professionnelle > Nous avons lu...

Bibliothèque

Apprendre à gérer des collections patrimoniales en bibliothèque / sous la dir. de Dominique Coq

Villeurbanne : Presses de l’Enssib, 2012. – 179 p. – (Boîte à outils, ISSN 1259-4857 ; 26). – ISBN 979-10-91281-01-0 : 22 €

publié le 27 janvier 2014

Analyse de Marie-France BLANQUET

mfblanquet[at]laposte.net

METTRE EN VALEUR LE PATRIMOINE ÉCRIT

« La boite à outils », collection dans laquelle paraît ce document, vise à offrir aux professionnels des ouvrages pratiques. C'est le pari réussi de cet ouvrage. Comme le précise D. Coq qui coordonne ce travail, celui-ci « s'adresse aux professionnels peu formés, confrontés pour la première fois à des collections patrimoniales dans de petites ou moyennes bibliothèques. ». Et, dans ce cas, le chemin à suivre comporte trois étapes.

La première, « Face à une collection patrimoniale », comprend quatre chapitres, parfois enrichis d'encadrés très concrets ou très savants mais toujours synthétiques. Ces chapitres sont destinés à poser les concepts de base nécessaires à la compréhension de ce que représente une collection patrimoniale. C'est d'abord l'histoire et le droit du patrimoine écrit, contés par G. Cohen. B. Huchet, quant à lui, s'attache à dire, pour mieux expliciter sa spécificité et convaincre les bibliothécaires que le patrimoine doit « être choisi et non subi », ce que n'est pas le patrimoine des bibliothèques. À quoi sert une réserve et qu'y mettre ? interroge puis répond de façon très précise L. Gestaz. Elle est rejointe, en ce sens, par J. Deschaux appliquée à expliciter de façon très claire « comment (bien) conserver les collections patrimoniales ».

Ces dernières, une fois créées, doivent être traitées. C'est le sujet de la deuxième partie, « De la collection à l'objet : identifier et signaler les documents ». Pour cela, il convient dans un premier temps d'établir l'inventaire des objets qui compose cette collection. C'est ce que fait avec précision D. Coq en examinant les « Livres anciens : formats, cahiers, signatures, page de titre, fausses adresses, colophon et toutes sortes de choses ». Les reliures françaises soignées et courantes (mi-XVe siècle-XIXe siècle) intéressent F. Le Bars qui décrit avec une grande minutie comment les identifier. C'est ce que font également, et avec le même soin, S. Lepape pour les estampes, objets documentaires très particuliers, et P. Lamotte pour les principales techniques photographiques. Tous ces documents patrimoniaux méritent d'être décrits et signalés. F. Palluault nous l'apprend en analysant les enjeux de ce signalement, les formats possibles, mais aussi et surtout les perspectives ouvertes par le Web.

« Gérer un patrimoine » (troisième partie) offre l'occasion aux trois auteurs qui le composent d'apporter le témoignage de leurs expériences. C. Jacquet décrit les premiers pas à faire pour « mettre à niveau une bibliothèque ». N. Balley explique « comment réveiller un fonds patrimonial ». Enfin, T. Claerr écrit comment « inscrire son projet dans les politiques patrimoniales nationales et régionales ».

D. Coq constitue un court mémento en guise de conclusion de ce document qui offre aux lecteurs une liste des sigles et acronymes contenus dans l'ouvrage mais aussi un glossaire qui aurait mérité d'être plus étoffé et moins dispersé.

Ecrit de façon très claire, dans un style sobre et soigné, ce document propose en parallèle la visite d'une galerie d'images qui enrichissent de façon très explicative et esthétique les chapitres portant sur les reliures, les estampes et les photographies.

Ce document s'adresse en priorité à des bibliothécaires confrontés aux difficultés de gestion de collections patrimoniales. Il dépasse toutefois largement cette cible en s'adressant à d'autres professionnels de l'information: documentalistes, conservateurs de musées, éditeurs ou iconographes. Cette étude leur apporte des données techniques et pratiques très clairement exposées. Cependant, ce manuel ne se limite pas à la seule dimension du savoir-faire. Il livre des savoirs fort intéressants et parfois érudits sur le concept de patrimoine écrit. Il ouvre sur le désir, pour les lecteurs, d'en savoir plus sur ces fonds souvent mal connus. Leur mise en valeur par des bibliothécaires guidés par ce manuel leur permettra de les découvrir et de les exploiter.



Rédigé par ADBS

mise à jour le 27 janvier 2014


L'ADBS sur les réseaux sociaux

NOUS SUIVRE
    

PARTAGER CETTE PAGE

haut de la page

ADBS.fr - Site du premier réseau européen de documentalistes